Accéder au contenu

L'importance de la définition des mots

décroissance, descente énergétique, AMAP, installation agriculteurs, monnaie, wwoofing, système D...

L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 04 Fév 2015 11:25

Albert Jacquard sur les droits de l'homme :

Les hommes, tous différents par leur patrimoine génétique, en raison du mécanisme de la reproduction sexuée brassant les gènes parentaux et créant toujours des nouvelles combinaisons, sont peu à peu modelées par des aventures personnelles, qui accentuent encore ces différences. Mettre un signe "égale" entre deux hommes est, de toute évidence, impossible ; mais -nous y avons insisté à propos du "piège des nombres"- ils ne peuvent pour autant être classés selon une échelle de valeurs, du moins bon au meilleur.

L'égalité qui figure au fronton de nos monuments n'est pas l'égalité des individus, ce qui n'aurait aucun sens, mais l'égalité des droits que la société leur accorde. La formule est belle, la phrase est vite dite, mais que faut-il entendre par là ?

Il est à peu près évident que l'organisation sociale la plus immédiatement efficace est de type "élitiste" : 1 ou 2% de la population sont déclarés dignes de diriger, 4 à 5% sont chargés des besognes de maintient de l'ordre, et le reste réalise les diverses tâches nécessaires à la survie et au bien-être du groupe, sous les ordres des premiers. "Citoyens - soldats - esclaves", "alpha - gamma - epsilon", les terminologies varient selon les cultures ou les auteurs, mais la structure est la même : un petit nombre fixe les objectifs et dirige, un nombre un peu plus grand transmet les ordres et surveille, l'immense majorité obéit et produit.

La remarquable efficacité de cette structure est attestée, par exemple, par les restes des cités grecques. Comment ne pas rêver devant les ruines de Syracuse, d'Agrigente ou de Sélinonte, en imaginant la splendeur de ces villes, protégées par d'énormes remparts, ornées de temples d'une beauté insurpassable, où devait être si agréable de discuter le soir sur l'agora avec quelques brillants mathématiciens ou quelques profonds philosophes, en contemplant le coucher de soleil sur la mer !

Mais chacune de ces pierres terriblement lourdes, maintenant écroulées, a du être extraite d'une carrière parfois lointaine, taillée, transportée, mise en place ; les vies de milliers d'esclaves ont été consacrées pendant des siècles à réaliser ces citées parfaites ; quel souvenir faut-il associer à ces ruines : l'harmonie de la vie des citoyens ou la sueur, le sang et la mort des esclaves ?

Réserver tous les droits, de décision et de jouissance, à une "élite" limitée est le plus souvent une garantie d'efficacité. Cette efficacité est due à la structure même de notre société et non aux mérites propres des membres de cette élite. Que ceux-ci soient désignés en fonction de leur ancêtres (la noblesse héréditaire), de leur taille (ainsi chez les Tutsi du Ruanda), de la couleur de leur peau (ainsi dans les États américains esclavagistes du XIXe siècle ou dans l'actuelle Afrique du Sud) ou du simple hasard (ainsi le delaï-lama au Tibet) n'a aucune importance ; ce qui compte est qu'ils soient peu nombreux, persuadés de leur vocation "naturelle" à diriger et capables d'en persuader les autres.

Malheureusement, un jour vient où cette capacité de persuasion s'émousse ; un poison subtil ronge la croyance de l'élite en la légitimité de son pouvoir ; des idées subversives, diffusées par les disciples de Jésus ou par les lecteurs d'un Rousseau, se répandent chez les epsilon ; ils ne se contentent plus de la part éventuellement confortable, qui leur est allouée ; ils exigent un statut d'"égalité" avec ceux qui exercent le pouvoir.

Le problème n'est pas de savoir si leur revendication aura des conséquences favorables ou défavorables sur le développement de la cité ou sur leur propre bien-être matériel. L'efficacité d'une structure élitiste est peut-être si grande que, même frustrés, les epsilon peuvent bénéficier de plus de richesses que dans une structure reconnaissant l'égalité de leurs droits. Mais la question n'est pas posée en ces termes. Il ne s'agit de préciser ce qu'est l'autre pour nous, et du même coup, quelle image nous avons de nous-même. Chacun de nous est-il un élément d'une vaste machinerie, la société, dont le bon fonctionnement est le but ultime du groupe ; ou représente-t-il au contraire, la valeur suprême (en tant que "fils de Dieu" ou qu'"individu égal en droits aux autres individus"), dont la société a pour rôle de favoriser l'épanouissement ? C'est la réponse à cette interrogation qui implique la suite : la société au services des individus ou les individus au service de la société ?

Cette réponse n'est pas fournie par une raisonnement scientifique ; elle ne peut être posée que comme une affirmation. Encore faut-il quelle soit posée clairement et que les conséquences en soient tirées sans tricher.

Prêtons l'oreille à tous les discours ; l'unanimité actuellement est parfaite : l'homme est la valeur suprême, la société n'est là que pour lui permettre de s'épanouir, dans le respect des autres ; ses droits sont imprescriptibles ; et tous les slogans fleurissent, et toutes les assemblées discourent et votent des déclarations sur les "droits de l'homme", et l'ONU prend ces déclarations à son compte, et tous les États solennellement y souscrivent.

Mais regardons la réalité : que pèsent les milliards d'hommes qui arrachent péniblement chaque jour leur survie face aux quelques peuples qui se sont approprié les richesses de la planète ? Au sein même de ces peuples, qui pèsent les millions d'hommes englués dans la fadeur quotidienne du travail subi, de l'information et de la distraction passivement reçues, face aux quelques "princes" qui les gouvernent ?

Les "droits" que les Charte des Nations Unies ou les constitutions des États octroient si généreusement ne sont guère, en fait, attribués. Peut-être est-ce nécessaire pour le bien de l'économie, ou pour le bien de la sécurité, mais alors pourquoi prolonger l’hypocrisie ?

Les mots ici jouent leur rôle le plus néfaste : ils contribuent à justifier et à perpétuer une réalité qui correspond à l'opposé de l'idéal qu'ils expriment.

Si les oies comprenaient nos discours, nous parviendrions non seulement à les persuader qu'une oie gavée est plus heureuse qu'une oie sauvage, obligée de rechercher sa nourriture, mais aussi à les rendre fières des foies monstrueux que notre gourmandise les oblige à subir. Les innombrables phrases sur les droits de l'homme sont parvenues à persuader les hommes d'abandonner leurs droits pour mieux les défendre, à les rendre fiers des blessures subies en contribuant à l'oppression de leur semblables.

Dans nos propres sociétés dites développées, la dérision est par trop insupportable : les progrès techniques ont été tels que notre capacité à produire des richesses est surabondante ; l'efficacité d'une structure élitiste, qui pouvait, dans les conditions d'autrefois, être évoquée comme justification d'une inégalité des droits, a perdu son intérêt ; une machine remplace facilement mille esclave. Ce qui était un luxe que la société ne pouvait supporter est maintenant à portée de main ; mais, de peur de remises en cause trop profondes, nous laissons en place l'ordre antérieur, quand sa justification a disparu.

Au prix de quelques heures de travail, chacun de nous crée plus de richesses que nos ancêtres en travaillant à la limite de leur résistance ; la généralisation de l'informatique fera faire un nouveau bond en avant ; au lieu de nous en réjouir,; nous nous inquiétons, car nous y voyons une source de chômage. Ne serait-il pas temps de tirer enfin les conséquences de ces progrès en organisant une société où les droits de tous seraient égalisés ?

Nous assistons, tout au contraire, à une exacerbation de la compétition, de la sélection, de l'élimination du plus grand nombre au profit de quelques-uns ; tandis que les déclarations sur les droits de l'homme sont plus nombreuses que jamais.

Cette égalisation des droits n'a rien à voir avec un nivellement général, une fabrication en série d'individus tous conformes à un type imposé; il s'agit, au contraire, de permettre les épanouissement individuels les plus divers, de respecter les différences, c'est-à-dire les non-égalités, sans lier à celles-ci un jugement de valeur. Il est facile de traiter ceux qui luttent pour l'égalité des droits d'"égalitaristes fanatiques" poussant à un nivellement destructeur ; c'est opérer un détournement de sens tout aussi infamant qu'un détournement de fonds. Ces abus de langage, qui fourvoient tant de lecteurs, mettent en lumière que la lutte pour les "droits de l'homme" commence par la définition rigoureuse des mots, car les mots sont des armes.

Si nous y croyons vraiment, ces droits peuvent être un objet de recherche scientifique aussi valable que les quarks ou les quasars (ref:"De l'idée d'universalité comme fondatrice du concept des droits de l'homme" de Mr. Agi). Essayons d'imaginer que, sur toute la planète, l'égalité des droits, si souvent proclamée, soit respectée dans les faits ; toute la science des économistes, des sociologues, des juristes, et de bien d'autres ne sera pas de trop pour tenter de prévoir les conséquences de cette rupture.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Emilio le 04 Fév 2015 15:15

Vision d un “penseur” du monde premier .. de dominants europeens , en extensión US ..mais qui sont incapables de voir d ou viennent leurs richesses .. du pillage de continent entier , l Afrique pour la France , l Amerique latine pour l Amerique des nordistes de dominations ex europeens. Les epsilons sont la ..au sud . l egalite pour tous , du nord et du sud c est la fin de l imperialisme .
Que serait la France sans l apport du pillage de la FranceAfrique ¿ plus de ressources , plus d argent dette .. reste les camemberts . Domination , c est le contraire d egalite , dominer par les guerres ,par les corruptions , les creations de milices de paramiltaires qui imposent la terreur … et en consequence inneluctable des flots d immigrants vers le nord ..la ou est l argent et les miettes possibles , et surtout une relative paix . Paix des rois (en schematisant , mais pauvre en Europe , c est deja un reve pour les domines du sud ..et guerres sans fins pour les epsilons du sud
Bref , Che Guevara etait bien plus lucide que Jacquard qui regarde son nombril .
Le hic , ce n est pas de remplacer les esclaves ( enfin relatifs parce qu esclaves de pays developpes , c est pauvres 4 etoiles vu du sud ) par des robots … ça , c est possible avec volonte de repartition des richesses ..mais d ou viennent les ressources pour faire marcher ce systeme inegalitaire et surtout pas fraternel du tout ¿ elles sont au sud .. l amerique latine , c est 55% des ressources mondiales ..et plus de moitie de cette population 550 millions dans la pauvrete ou extreme pauvrete… les ressources vont vers le nord , et rien pour les pays qui possedent … juste pour ceux qui servent d entemetteurs et facilitent les pilleurs du nord , les multinationales predatrices …
Si Jacquard veut remettre les choses en ordre .. qu il retourne dans son Lascaux .
Emilio
 
Message(s) : 173
Inscription : 23 Juin 2014 17:27

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 04 Fév 2015 18:38

Emillio, je comprends sans doute que tu es très engagé, mais je n'arrive pas à saisir ta pensée. Tu pourrais "écrire plus lentement", s'il te plaît ? Sur des notions techniques on devine facilement ce que tu veux dire, mais sur des notions idéologique, personnellement, je nage. Pas de mots de liaison, références dans tous les sens, vides "..", etc.
Ça marche sans doute quand on sait d'avance ce que tu veux dire. Je crois que je déchiffre une partie, mais c'est seulement à cause du préconçu que j'ai de toi, et pas par ce que tu essaies d'exprimer. Or je trouve que c'est dommage, tu es sans doute actuellement celui qui a le plus de "feu" du forum.

En gros tu dis que Jacquard ne parle pas du fait que la richesse française est en grande partie due à l'exploitation de l'Afrique et d'autres pays ? Que la modernisation n'est pas tellement un miracle que ça ? Qu'on exploite les pays du Sud de toute façon ? Ce n'est pas faux, il ne nuance pas assez. Je ne vois pas du tout en quoi ça déprécie son propos cependant (il n'aborde pas tous les aspects, mais ce qu'il dit n'est pas invalide pour autant).

Moi je ne dis pas, les français, comme tout pays riche, est globalement constitué de nantis qui vivent sur la sueur et le sang des autres (moi le premier). Ça ne change rien à la validité de la critique de Jacquard : après tout, toutes nos idéologies de pays riche sont basées sur des mots plein de confusion et de contresens qui permettent justement d'entretenir les choses. Alors que ça devrait être inacceptable, justement.
T'aura beau dire qu'on a en France de l'esclavage 4 étoile, mais l'esclavage en est pour autant acceptable ?
Elargis un peu son propos, et considère les pays du sud comme les esclaves, et les pays riches comme des serviteurs, tu as pareillement au bout de la ligne, quelques élites qui sont malade mentales tant elles n'en finissent pas d'accumuler la richesse. C'est elles qu'il faut mettre en prison, et pas dire "tous pourris" à ceux qui ont des chaînes dorées. C'est des chaînes quand même, qu'ils n'ont pas choisis de toute façon.

Or ces chaînes, elles sont forgées en grande partie par nous même qui avons des mots qui ne veulent plus rien dire (la démocratie en France, par exemple, qui est en fait un état représentatif ; ou l'application des droits de l'homme dans le monde qui ne sont en fait, nul part appliqués rigoureusement ; même dans les pays les plus riches),

Je pense qu'il est bon de s'intéresser à l'architecture de nos prisons (mentales et physiques), et je pense que ceux qui ont des chaines en argent et en or peuvent le penser plus facilement que ceux qui ont du bronze et de la rouille. Quand tu vois aujourd'hui des gens se faire licencier d'usines et qui n'ont plus aucune perspective se dire "c'est à cause de nous, il fallait qu'on soit plus productif que les chinois, on a perdu, c'est la loi du marché" ; tu te dis que ce n'est pas forcément les grandes victimes qui sont le plus à même de comprendre leur prison.

Contredis moi avec clarté s'il te plaît, que je fasse évoluer ma réflexion, sinon c'est du gâchis !
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Emilio le 05 Fév 2015 05:35

C est juste un commentaire , pas une tribune , les faits montrent ou montreront qui a raison ,qui a tort . En attendant chacun juge ce qu il trouve bon de faire .

Qui veut l egalitarisme en France ? il n existe ni en droit ni dans le social. Sans contrôle populaire des moyens de productions d un pays , c est la loi de la jungle , ni liberte ni egalite et encore moins fraternite .. Alors l egalitarisme , ce serait juste pour rever et de la mousse Jacquard ? C est tres bien que les plus pauvres de France soient mieux lotis que les extremes pauvres que j ai cotoye un temps a New Delhi , en Inde. Mais qui peut mesurer la souffrance ? les suicides sont nombreux en France . rien n est pire que de perdre l espoir.

Attend un peu le TAFTA , notre equivalent en Colombie c est le TLC . La tu comprendras ce que veut dire encore pire . A moins que la guerre contre Russie Chine et Iran , que veulent massivement les français n arrivent avant. Mais comme ils n y croient pas.. tout va bien .
Emilio
 
Message(s) : 173
Inscription : 23 Juin 2014 17:27

Re: L'importance de la définition des mots

Message par poupou le 05 Fév 2015 11:36

Au contraire, je trouve que Jacquard met très bien le rapport de domination nord sud :

"Mais regardons la réalité : que pèsent les milliards d'hommes qui arrachent péniblement chaque jour leur survie face aux quelques peuples qui se sont approprié les richesses de la planète ? "

Quand au discours de l'outil de production, il me semble que ce n'est pas avec des concepts qui ont 100 ans qu'il faut raisonner aujourd'hui. L'outil de production est dématérialisé aujourd'hui dans les sociétés occidentales.
Ce qu'il faut reprendre, c'est le pouvoir de l'élite, qui exploite le sud (qui lui produit). Ou idéalement, car c'est plus simple, que le peuple du sud reprenne lui même le pouvoir sur l'appareil productif qui est maintenant chez lui.
poupou
 
Message(s) : 63
Inscription : 16 Déc 2014 10:44

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Emilio le 05 Fév 2015 14:39

L ideal est en affiche , la realite qui la connait, ¿ mettre des faits sur les generalites de mots . Les milliards d hommes blablá , non les milliards de $ de la FranceAfrique , le chez moi du chez lui.

En ce moment même où j’écris , 14 pays africains sont obligés par la France , à travers le pacte colonial , de mettre 85% de leurs réserves à la banque centrale de France sous le contrôle du ministère des finances français. Jusqu’à maintenant , en 2014, le Togo et environ 13 autres pays africains doivent encore payer la dette coloniale en France . Les dirigeants africains qui refusent sont tués ou victimes de coup d’état . Ceux qui obéissent sont soutenus et récompensés par la France grâce à style de vie somptueux, tandis que leurs populations endurent la misère et le désespoir.

Confiscation automatique des réserves nationales
Les pays africains doivent déposer leurs réserves monétaires nationales en France à la banque centrale.
La France a tenu des réserves nationales de quatorze pays africains depuis 1961 : Bénin, Burkina Faso, Guinée- Bissau, Côte-d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo -Brazzaville, la Guinée équatoriale et le Gabon.

Un tel système maléfique, est dénoncé par l’Union européenne, mais la France n’est pas prête à se passer de ce système colonial qui lui offre une trésorerie d’environ 500 milliards de dollars en provenance de l’Afrique, et ce par année.

Lors de l’introduction de la monnaie euro en Europe, d’autres pays européens ont découvert le système d’exploitation français . Beaucoup, en particulier les pays nordiques, ont été consternés et ont suggéré à la France se débarrasser du système, mais sans succès.

A titre de comparaison historique, la France a fait payer à Haïti, le prix de leur indépendance, l’équivalent moderne de 21 milliards de dollars de 1804 à 1947 ( près d’un siècle et demi ) pour les pertes causées aux marchands d’esclaves français suite à l’ abolition de l’esclavage et à la libération des esclaves haïtiens.

Les Pays africains paient la taxe coloniale depuis les 50 dernières années,pour les grandeurs de la France . Et tout ces immigrants qui viennent voler les aides sociales de la France en echo , c est de l humour noir a la française surement.

L’ancien président français Jacques Chirac a récemment parlé de l’argent des pays africains dans les banques en France.
“Nous devons être honnêtes et reconnaître qu’une grande partie de l’argent dans nos banques viennent précisément de l’exploitation du continent africain”.

Et l autre Jacquard qui vient nous parler d egalitarisme , entre et pour franco blanco lobotomises et en usage interne. Pour mon ideologie , engage etc… les faits ne mentent pas et je m en tiens la et uniquement, et toujours. Si le tout privatiser etait la solution , ça se verrait "merde quand meme".
Emilio
 
Message(s) : 173
Inscription : 23 Juin 2014 17:27

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 05 Fév 2015 16:16

Je ne vois pas en quoi Jacquard refuse quoique ce soit aux pays du Sud. Certes il n'en parle pas, ce qui est un tort en soi. Peut-être qu'il n'en était pas conscient ? Peut-être qu'il ne voulait pas orienter son discours sur un pays particulier ? Parce qu'il parle de sa réalité de scientifique, et pas celle de sociologue ou d'historien ? Aucune idée.

Pour moi, son travail sur l'égalité scientifique de tous de par leur génome et sur la redéfinition des mots est "bonne" dans l'absolu, quoiqu'on en dise. On ne peut pas communiquer avec notre bouillie de mots sur lequel personne n'est vraiment d'accord. On ne peut pas communiquer "à égal" avec quelqu'un si on croit que certains sont inférieurs ou supérieurs génétiquement à soi.

Sa lutte aussi pour les sans papier et le féminisme peut être aussi vu comme des combats de bobos. N'empêche que c'est effectivement des graves problèmes, quand même. Je trouve qu'il s'agit un peu des tares toutes liées à des intêrets économiques (qui polarisé désormais tout à chacun), et donc, d'un manque de respect total en tout ce qui n'a pas de valeure économique AINSI que la tendance à vouloir estimer la valeur de tout à chacun, et de l'un par rapport à l'autre.

Imaginons que Albert Jacquard aie été reconnu par l'État dans son action, c'est l'éducation et l'éthique d'un pays riche qui aurit évolué. Et s'il avait évolué, peut-être qu'une population globalement éthique a plus tendance à avoir des scrupules à exploiter un pays jusqu'à la moelle. Pour moi tout est un peu lié dans ce genre d'action. C'est sans doute "idéaliste" de le croire.

Si le tout privatiser etait la solution , ça se verrait "merde quand meme".

C'est la solution que donne qui ?

L ideal est en affiche , la realite qui la connait, ¿ mettre des faits sur les generalites de mots . Les milliards d hommes blablá , non les milliards de $ de la FranceAfrique , le chez moi du chez lui.

C'est exactement ce qu'il dit, sans parler spécifiquement de la France/Afrique.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Emilio le 05 Fév 2015 16:27

Si le tout privatiser etait la solution , ça se verrait "merde quand meme".

C'est la solution que donne qui ?

« Quand au discours de l'outil de production, il me semble que ce n'est pas avec des concepts qui ont 100 ans qu'il faut raisonner aujourd'hui. »

Thatcher et son TINA (There is no alternative) , c est ce qui resonne dans le monde ultra liberal .
Emilio
 
Message(s) : 173
Inscription : 23 Juin 2014 17:27

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 05 Fév 2015 17:04

Pourquoi citer du Thatcher ici ? Sois doux avec moi mes références ne sont pas très aiguisées, j'ai pu rater une laision.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Mdi3 le 11 Fév 2015 09:57

Un point qui m'a marqué dans cette intervention d'Albert Jacquard est son affirmation que le système élitiste est le système le plus efficace.
Cette observation est très osée et je ne sais pas si elle a été justifiée correctement.
Le topic s'intitule l'importance de la définition des mots, et j'aurais aimé savoir ce qu'Albert Jacquard entendait par "efficace" dans ce contexte.

Pour donner un exemple de cette efficacité, il cite l'architecture des villes de la Grèce antique. Mais est-ce là le but d'une organisation sociale : construire de beaux batiments, ou des batiments durables ?

Quand on parle d'efficacité il faut que l'objectif à atteindre soit bien définie. Hors est-ce le cas ?
Quel est l'objectif que doit atteindre une organisation sociale pour vous ?

En ce qui me concerne je dirais qu'une l'organisation sociale doit maximiser le bien être de ses membres (dans le présent et dans les futures générations).
Je ne sais pas si tout le monde est d'accord avec cette définition et j'aimerais beaucoup avoir votre opinion. Avant de décider quel système est efficace il faut d'abord savoir ce que l'on recherche.
Qu'en pensez vous ?
Mdi3
 
Message(s) : 4
Inscription : 30 Déc 2014 12:28

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Patamax le 11 Fév 2015 17:11

Salut.
Ce qui caracterise un humain dans sa capacité a pouvoir decrire son environnement, ce sont ses sens !!!!
Pour etre simpliste, l'humain grace a ses sens, arrive a communiquer a autrui ce que ses sens lui envoient comme informations. De la, au debut de la communication, il a fallu donner des definitions aux mots que nous employons, pour que cela soit comprehensible de tous et a tous, qu'il y ait un echange.

Les sens ont a la fois un caractere individuel et commun : individuel car nous ne percevons pas de la meme facon notre environnement, et commun car nous percevons tous quelque chose :merci:

Les mots, la definition qu'on leur accorde, ne sont qu'un outil approximatif de nos sensations et perceptions pour definir le monde qui defile devant nous : puisque nous ne percevons pas de la meme facon, il est impossible qu'un mot, qu'une definition, nous rassemble tous sur le meme point d'accord.
De meme l'etre humain a un caractere independant et commun : un individu est a la fois unique tout en partageant les memes caracteristiques que ses semblables. Autrement dit, je suis unique dans le fond, mais commun dans la forme tout en etant unique dans la forme et commun dans le fond (ca c'est dur a comprendre et facile a la fois, tout depend qui regarde et de quel coté, voila tout).

Si on se place que d'un coté sémantique, grammatical, linguistique, etc, le meme mot peut definir plusieurs definitions ; en fait les mots essaient de traduire, ni plus ni moins que des émotions, fruits d'informations, informations qui sont le fruit de stimulis, stimulis qui sont le fruit de la reverbaration d'une image que nous captons avec un recepteur ou des recepteurs, qui sont nos sens.
Sans aucun diplome et sans etre expert, voici ce que ca donne de facon simpliste :

Si un mot peut donner lieu a plusieurs definitions, c'est que a 100% sur, les mots et les definitions ne peuvent a elles seules, exprimer et definir un sentiment, une emotion, tout simplement. Sinon, chaque mot aurait une seule definition, ca va de soi.
Aussi, lorsque un mot est defini par une seule definition, ce n'est pas pour autant qu'il est comprit et accepter de tous : cela montre bien a quel point, notre vocabulaire actuel est pauvre ; car s'il etait riche, nous serions tous dans une comprehension TOTALE et non subjective :merci:

Parce que on pourrait parler longtemps de tel ou tel sujet, comme l'axe nord-sud, la politique, l'amour, la guerrre, ce n'est pas pour autant que nous serions tous d'accord, on est d'accord ?? (lol).
Et c'est ca la contradiction :

Pourquoi on utilise un langage si obsolete ???????? qui conduit a la confusion ??????

A l'inverse, pourquoi lorsque nous utilisons l'expression corporelle, sans parler, par exemple juste en pleurant, la tout le monde est dans la meme compréhension ????
Voyez vous ? C'est quand meme interessant d'aborder la chose sous cet angle, non ?
Pourquoi en expression corporelle, vous savez qu'une femme est attirée par votre image ????? sans parler ?
Ahahahahaahahaahhhhhhhh, compliquer hein !!!!

Et pourquoi le langage des mathématique, est lui universel ? Pourquoi le langage des maths a des definitions qui n'ont qu'une seule possibilité d'etre comprise ?
Pourquoi 1 sera toujours 1, et pourquoi amour aura toujours une possibilité d'avoir de multiples definitions ?


Voila, bon, j'ai pas trop envie de vous prendre la tete sur 40.000 pages de philosophie et de science metaphysique, mais juste vous dire que si on veut etre objectif sur un sujet, mieux vaut l'aborder par la genèse !!!!

La conclusion c'est ca :

Nous sommes differents et uniques !!!
Le fait de vouloir globaliser l'humain dans un langage qu'on a aussi uniformisé, provoque la standardisation de l'individu, mais aussi la standardisation de son environnement, de sa science, de son histoire, de son monde, de sa terre, de sa planete..........de sa matiere grise, de sa philosophie et de ses croyances...........

Ca va a contre sens de la logique !!!!
Et c'est pour ca que nous ne pouvons pas nous comprendre a 100%, et que cela provoque des heurts, des incompréhensions, etc.

A contrario, si nous respections la genèse, nous accepterions toutes les differences, et le fait de tolerer et d'accepter cela changerait, obligatoirement la facon de nous exprimer, et cela aurait un impact immédiat sur notre facon de vivre, de communiquer, de comprendre notre univers, notre prochain, de comprendre nos differences, etc, etc.


Beaucoup de gens aujourd'hui n'arrivent pas a saisir cela, et c'est normal, puisque la metaphysique n'est pas enseignée, que la philosophie est dogmatique et tres peu enseignée, et puisque l'ecole est un outil de globalisation, de mimetisme, donc il est impossible qu'avec une telle education, nous puissions esperer changer quoi que ce soit :merci:
Pire les maths, la physique, la chimie, la biologie, ne sont pas réellement enseignés : or, ce sont les disciplines les plus importantes, et le resultat ne peut pas mentir, quand tu sorts de l'ecole, t'es presque aussi bête que lorsque tu y es entré, hormis que tu es discipliné, que tu es globalisé, que tu es apte a t'adapter a une seule forme de vie cad celle qu'on t'a inculquer via l'education scolaire et familiale, entre autre tres liée a l'education de l'ecole, que tu as une pensée unique des choses, et pour finir, tu es globalement seulement pret a copier sur tes voisins : je vote, je bosse, j'ai des enfants, et je passe l'arme a gauche en fin de vie.............

Au contraire de ca, si on laisse l'individu exprimer sa difference, ca donne non plus un dogme scientifique, mais des sciences !!!
Y'a pu une seule facon de vivre, mais des facons de vivre !
Y'a pu une facon de s'alimenter mais des facons de s'alimenter !

Etc, etc, etc : Amen.
:merci:


Pour finir, c'est pour ca que la violence, l'insulte, la guerre, la destruction ne servent a rien, tout comme aller manifester et tout le toutim, puisque finalement c'est une foule qui ne se comprends pas qui s'unifie dans un élan commun de lutte, sauf que chacun n'a pas la meme definition du pourquoi il est la et de comment il veut que ca change.............Si y'a 5.000 manifestants, y'aura 5.000 revendications...........

Si bien que la seule logique, c'est non pas de globaliser l'humain, mais bien de respecter sa difference, et toutes les differences, ce qui exprime la vrai notion de LIBERTE, celle qui n'est pas tronquée, parce que la genèse cachée, c'est tout simple.

Et ce n'est pas de l'anarchisme, puisque justement le controle de la vie, la globalisation, les lois, tout ca ne fabrique que du mimetisme ; a contrarion, la liberté fait toujours naitre le bon sens :merci:

Et je vous donne des exemples de nos contradictions, pour autant dans des civilisations dites CIVILISEES :

Aujourd'hui, le plus grands des professeurs, ne peut pas definir c'est qu'est le SIDA, ni le VIH ?????? merde alors, moi qui pensait, bin non, faut pas penser, y'a des gens qui ont le SIDA sans VIH, et d'autres qui ont le VIH sans le sida. Pire le VIH n'a jamais été isolé, alors comment un virus virtuel peut il provoquer des lésions ????? le sida/vih a ce jour a, a lui seul, 12 definitions !!!
Tu peut etre positif a Berlin, negatif a Paris, et "incertain" en Australie : merde alors, mais on fait quoi de nos definitions a la bête ??????

A l'ecole et dans les manuels scolaires : Les pyramides ont été construites par des esclaves dont nos experts n'ont jamais retrouver les ossements.....Pyramides construite grace a des truelles et pioches, alors meme que notre civilsation et technologie est incapable de finaliser un tel chantier avec le meme degré de précision et de perfection.................Les sarcophages nous apprend t'on, servaient de sepulture aux pharaons alors qu'on a jamais retrouver un seul pharaon dedans.............

La religion, basée sur que dalle finalement, est un dogme a prendre comme tel, sans explications aucunes..........On nous dit que y'a bien des ecrits, mais les ecrits sont planqués au vatican, bouclé a double tour............Quand a l"ecole tu demandes mais pourquoi Dieu et pourquoi la religion : la reponse c'est parce que !!! Est ce une definition logique pour une civilisation instruite ?????
Dans le meme temps, en france, on prone la laicité : pourquoi pas ???? mais pourquoi j'ai pas le droit de porter une croix autour du cou, alors que notre 1er ministre et d'autres s'affichent avec une Kippa ???
Et Dieu qu'on dit amour dans chaque religion, se defini depuis des siecles par des guerres ???? c'est un grand n'importe quoi, qu'est qu'un gamin peut y comprendre la dedans, hormis qui si on fait la guerre c'est pour Dieu qui est amour, mdr........................

La constitution des droits de l'homme dit que nous sommes egaux en droits et j'dais pu quoi : mais c'est débile par definition ca !!!! Puisque rien que le fait de le mentionner, prouve le contraire.......
Parce que c'est d'une logique implacable, si tu es libre et egal a ton voisin, pourquoi le mentionner ???????????????????????????????????????????????????????????????
Pis elle est ou la liberté ?????????????????? C'est celle d'obeir a des regles ???? Ou celle qui te permet de t'en affranchir grace a un statut bien particulier ????????

Nous sommes definis comme LA RACE HUMAINE : ok, mais pourquoi alors faire une distinction entre couleurs ????????????????? Pire, pourquoi nous sommes tous humains, mais dans ces humains y'aurait des civilisés et des sauvages ???????????????????????????

La planete a été formée naturellement par le cosmos dechainé : par quelle magie appartient elle a quelqu'un ???????????????? comment un lopin de terre peut il appartenir a un individu ?????????
Pourquoi les US on planté le drapeau americain sur la lune ??????????????? (si ils y sont aller........)
Et pourquoi les russes ont planté leur drapeau sous la mer, au pole nord ??????????????

La y'a des chercheurs en france, dans le plus grand systeme qui sert a produire des Bossons et meme plus petits, ces gars cherche le plus petit du petit..........
Bon l'ensemble du batiment a couter des milliards..................Juste pour chercher le plus petit du petit.............
Mais c'est nul, mdr, y'a longtemps qu'on sait que le plus petit est infini et que le plus grand est lui aussi infini, il n'y a pas de limite, l'univers n'a pas de fin, comme notre etre n'a pas de fin, comme la plus petite de nos cellules n'a pas de fin.
La seule chose qu'ils trouveront, c'est qu'effectivement, ils peuvent perdre indefiniment leur temps a chercher un truc qui n'en vaut pas la peine, puisque le resultat est deja connu.............

etc, etc.

Alors quand vous parler de l'axe nord-sud, savez vous de quoi vous parlez exactement ???
Parce que je suis comme vous, lol, je connais ce sujet, mais finalement c'est un sujet d'illusion, c'est un faux probleme bien qu'il existe : si demain vous trouvez une solution a ce probleme, il sera le jour meme redéfini dans une autre region, un autre endroit du globe, tout simplement parce que si on souhaite regler un probleme, il faut commencer par la cause, pas par la consequence.........
Vous voyez ?

C'est bien simple, toute notre organisation humaine est polluée, nulle, contraire au bon sens, et ce n'est pas en en changeant une parcelle que ca va changer les choses, mdr !!!
On ne tue pas un systeme, en le remplacant par un systeme, c'est une évidence :mdr3: :mdr3: :mdr3:
La base d'un systeme est défini par la philosophie qui l'a fait naitre, autrement dit si vous tuez le systeme, la philosophie qui le porte est elle bien vivante, hihihihihihhihihhi.

Toute notre vie, toutes nos inventions (qui n'en sont pas, aucune d'ailleurs !), toute notre culture, nos agissements, nos croyances, sont portées, A LA BASE, par une ou des philosophies, tout est base portante par la philosophie, c'est la seule objectivité possible, car la philosophie correspond a notre intégrité humaine qui defini notre conscience de nous meme, ca c'est une verité, et on a pas encore trouver mieux, puisqu'on a pas encore su definir d'ou venait notre capacité de notre conscience de nous meme (enfin si, y'a des theories mais ca ne passera jamais sur TF1, hihihihhi).

L'humanité se penche seulement sur des faits exterieurs a la philosophie, parce que la philosophie dominante est celle des Grecs, philosophie Grec qui est un dogme incontournable, philosophie platonicienne de la loi du fort, de l'humain Dieu en lui meme, de la non acceptation de notre unification de champ vibratoire, etc, etc.
Pourquoi on enseigne pas la philosophie Egyptienne qui d'ailleurs a plus de points commun avec nous que les Grecs en avaient avec le monde ??????
:mdr3: :mdr3: :mdr3:
Pourquoi une seule philosophie a le seul monopole pour elle ???????
Pourquoi newton ? pourquoi la theorie de l'evolution dogmatique ???? pourquoi Einstein et pas le mec qui a su resoudre ses equations que Einstein n'arrivait pas a faire ???? pourquoi, pourquoi.........
Pourquoi on enseigne pas la philosophie bouddhiste ?????
Et pourquoi on oblige a martelé les cerveaux avec un dogme ???????

Pourtant la langue francaise a bien plus de points communs avec la langue egyptienne !!!!
Et les Egyptiens avaient bien plus de points communs religieux avec nous qu'avec la Grece, puisque les dieux grecs sont de representation humaine, alors que les dieux egyptiens sont de reprensetation de Dieux diffrents des humains...............

Etrange, quand meme, non ?

Il ne se produira un changement que lorsque les gens seront mieux éduqués, et cela passera forcement par la philosophie et la science : certainement pas par Rousseau et madame bovary !!!!
C'est la philosophie qui est la genèse de notre capacité a etre ce que nous sommes, nous ne sommes aucunement defini par autre chose, du moins, notre psychée.
C'est pas l'argent la base, ni la politique, ni la religion, et le constat est ferme : si c'etait cela notre base, nous ne serions pas la a nous foutre sur la gueule et a se poser toujours les memes questions en boucle : qu'est ce que je fou la ? je sert a quoi ? bla bla................

C'est qu'il y a autre chose pour nous definir, mais l'accession a ce savoir est pour l'instant impossible, car nous sommes le fruit d'une vaste fumisterie philosophique, scientifique, politique et religieuse, qui nous a tellement transformé la psychée, qu'il nous ai finalement impossible de faire autre chose que de penser et de passer par les filtres qu'on nous a instillé profondément !!!!

Je ne parle pas de complot !!!!!! Attention a ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit :merci:
je dis juste que a des moments précis de l'histoire, des decideurs ont choisi telle ou telle direction, tout simplement parce que cela allait dans le sens de leur domination, voila tout, et au fil du temps, ca c'est amélioré, et on connait la suite, lol.

Mais sur la question de savoir si l'individu est pret a changer, se dépassé, se transcender.........................................Non, parce que j'ai assez d'experience et de pratique pour savoir qu'on ne depasse pas des sujets aussi complexes en quelques mois................
Y'en a d'entre vous qui se diront : pitain le mec a tout fait dans sa vie a 40 piges, et moi je vous repondrais que chacun a son calendrier, moi j'ai pas commander le mien, j'ai pas eu le choix, mdr, c'est le fil de ma vie qui est ainsi, je n'ai jamais vraiment travailler 8 heures par jour, ou meme travailler salarialement, mdr, donc j'ai pu jouir de mon temps pour faire travailler mon intellect, ma curiosité, voila tout, pendant que d'autres sont esclaves de leur travail 8 heures par jour, et que le soir ils ont besoin d'une anihilation televisuelle de l'esprit pour survivre, ca peut se comprendre !!!!

Ceci dit je suis super heureux de voir que y'a enormement de gens qui commencent a entreprendre le chemin que moi et d'autres ont prit, super heureux de voir que ca bouge, super content de voir que les esprits changent, etc, etc.


Et petit rappel : l'important n'est pas d'avoir raison dans une discussion, car la definition de la verité est la seule definition de notre vocabulaire qui est changeante et evolutive a souhait, puisque la verité est tout simplement dependante de savoirs scientifiques, philosophiques, techniques, etc qui eux aussi évoluent dans le temps !!!!
La verité etant une definition aleatoire, la raison dans une discussion, n'a pas lieu d'etre : d'autant que les individus n'ont pas la meme perception de leur environnement direct. Si vous additionnez le caractere changeant de la verite a celui des caracteres multiples des individus, la verite ne peut etre admise comme une base qui serait en quelque sorte notre juge de paix :merci:

Dans toute discussion ou debat, l'essentiel est d'admettre la realité de l'autre, d'admettre qu'il n'y a pas de solution unique, pas de pensée unique mais des pensées valables, qu'il n'y a finalement jamais de gagnant ou de perdant, puisque a la base, la tolerance implique que chacun puisse faire ce dont il a envie, et que par pratique dans la vie usuelle, il est evident que la pratique qui sera la meilleure, sera celle qui sautera aux yeux de tous.
Ce qui a pour effet, que celui qui n'aura pas pratiquer la bonne pratique, mais qui aura quand meme pratiquer son idée, sera aussi l'acteur de co facteurs utilisés dans la pratique la meilleure : pour faire simple, tu laisses faire tout l'monde, et le bon sens primera, car c'est en pratiquant qu'on pratique, on pratique pas le cul sur une chaise, et y'a pas des individus qui seraient plus enclins que d'autres a pratiquer, voila tout.

C'est dans la multitude qu'on trouve la specificité, parce que perso, dans une spécificité, moi j'ai jamais trouver de multitude !!!!
C'est le malheur de notre monde : on interdit la multitude, et ca a pour consequence la pensée unique et le mimetisme des uns sur les autres ; alors que si nous cultivons la multitude, nous sommes a meme d'y trouver la spécificité qu'on recherche.

Blablabla.................................................
:merci:
Patamax
 
Message(s) : 103
Inscription : 03 Fév 2015 11:31
Localisation : 14000 Caen

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Gailly le 14 Fév 2015 07:17

Mdi3 a écrit :Un point qui m'a marqué dans cette intervention d'Albert Jacquard est son affirmation que le système élitiste est le système le plus efficace.
Cette observation est très osée et je ne sais pas si elle a été justifiée correctement.
Le topic s'intitule l'importance de la définition des mots, et j'aurais aimé savoir ce qu'Albert Jacquard entendait par "efficace" dans ce contexte.

Pour donner un exemple de cette efficacité, il cite l'architecture des villes de la Grèce antique. Mais est-ce là le but d'une organisation sociale : construire de beaux batiments, ou des batiments durables ?

Quand on parle d'efficacité il faut que l'objectif à atteindre soit bien définie. Hors est-ce le cas ?
Quel est l'objectif que doit atteindre une organisation sociale pour vous ?

En ce qui me concerne je dirais qu'une l'organisation sociale doit maximiser le bien être de ses membres (dans le présent et dans les futures générations).
Je ne sais pas si tout le monde est d'accord avec cette définition et j'aimerais beaucoup avoir votre opinion. Avant de décider quel système est efficace il faut d'abord savoir ce que l'on recherche.
Qu'en pensez vous ?


Entièrement d'accord avec toi,en théorie.

En pratique,qui décide de ce qu'est le bien être des membres d'une organisation sociale?...eux?...des dirrigeants?...autre?

Le fond du problème,je pense,est que l'être humain,de façon générale, ne veut pas prendre son destin en main...alors,il le confie à d'autres,et s'en remet donc à son bon vouloir.

Et je ne penses toutefois pas que Jacquard dise le contraire...Evident,en science,est simplement quelquechose de constaté et de non constaté autrement...mais rien ne dit que le contraire ou autre chose n'est pas possible.

Lorsque Jacquard dit efficace,il constate qu'un but a été atteint...il ne s'exprime pas sur le but...il constate juste,je pense.
Gailly
 
Message(s) : 294
Inscription : 09 Mai 2012 09:35

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Patamax le 14 Fév 2015 11:58

La societe Elitiste c'est la societe d'aujourd'hui : la forme pyramidale qui veut qu'il y ait des riches et des pauvres, des produits de luxe et des produits de basse qualité, des intelligents et des pas intelligents, des beaux et des pas beaux, des decideurs et des esclaves, des pays dominateurs et des pays soumis.......

Le constat c'est que nous avons été plongés dans l'ignorance : Y'a une caste qui elle est dans le savoir !!!
C'est cela qui est dangereux pour une Caste dominatrice : c'est que la caste soumise puisse avoir acces au vrai savoir.

Ce qui est dur a réaliser et a comprendre par la majorité des castes dites du peuple, c'est enfin de realiser qu'elles ont été dupées sur tous les domaines !!!!
Mais le plus dur a realiser pour chacun d'entre nous, c'est de pouvoir analyser, que toutes les bases sur lesquelles il se reposait, sont perverses.

C'est pour ca que rien ne peut changer :
Si dans la vie quotidienne, un individu pense que y'aura toujours des riches et des pauvres, qu'il faut necessairement un chef et une hierarchie, qu'il faut un systeme monetaire mondial pour vivre, qu'il faut une education scolaire severe et imposée, qu'il faut une education familiale avec des principes basés sur l'elitisme et la soumission, qu'il faut des guerres pour instaurer la paix, etc, alors rien ne peut changer, c'est evident, puisque celui qui pense a l'inverse de cela, est molesté par la majorité.

Je me fais souvent critiqué lorsqu'on parle de ce sujet, mais c'est le constat et la réalité : le nouvel ordre mondial est deja instauré depuis des siecles, et la base meme de ce nouvel ordre, c'est que c'est l'individu lui meme qui approuve cette philosophie, voila tout.
La classe dirigeante a bien compris cela, et fabrique des illusions quotidiennes pour que cela perdure, pour que l'individu ne puisse pas disposer d'assez de temps pour s'appercevoir de la supercherie....
Pire, parce que cela fait des siecles que cela a été instauré, l'individu, par la force du temps, se complait et adhere a cette philosophie eugeniste.


Ce n'est pas par hasard, si en temps de crise monetaire, un etat continu d'investir massivement dans l'education nationale et la guerre !!!!
Comment un etat endetté peut il a la fois investir plus que d'ordinaire dans l'ecole, et dans le meme temps, etre engagé dans toutes les guerres du moment sur le globe ???????

Nous sommes des ignorants, et tant que nous serons dans l'ignorance et l'acceptation, rien ne pourra changer.
Et personne ne veut changer, car chacun d'entre nous n'est pas pret a faire l'effort des aujourd'hui : tout simplement parce que chacun essaie de conserver le peu qu'il possede, et cela n'est possible que parce que une majorité du peuple francais adhere encore aux philosophies masochistes de notre systeme.
Elles sont instillées en nous, un dogme duquel il est tres difficile de se defaire : et lorsqu'on parvient a s'en defaire, on tombe dans l'instabilité mentale, car on perd ses reperes. Et quand on parvient a surmonter cette instabilité mentale, l'impact est immédiat, et le changement provoqué au sein de l'individu qui s'eveil, a pour consequence sa desociabilisation TOTALE, et les moqueries de la masse majoritaire.

Il n'y a rien de mechant dans ce que je dis, il n'y a aucune critique envers mes semblables, juste un constat.
Patamax
 
Message(s) : 103
Inscription : 03 Fév 2015 11:31
Localisation : 14000 Caen

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 14 Fév 2015 18:47

Le fait, par exemple que notre Voltaire national, les lumières, ce qu'on aime, disait "Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourris par lui, et le gouverne". ...Est pour moi assez intéressant. C'est de gars là qui est notre modèle.
D'ailleurs, le grand instigateur de notre démocratie actuelle disait : "Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants.".

C'est cela nos héros nationaux.

Ceux au contraire qui sont des démons : Robespierre qui voulait que la cariatide ait son mot à dire (le plus grand nombre : les pauvres) et désacraliser la propriété... Il est aujourd'hui considéré en cours d'histoire comme un illuminé qui exectutait tout le monde (d'ailleurs politiquement, il était clairement contre la peine de mort, ce qu'on ne dit pas). Il a tenté de faire ce qu'il fallait et a été renversé en... 2 ans ! 2 simples années ! Il n'a jamais pu faire ce qu'il avait voulu pour la société, renversé par les gros possédants de l'époque.

Je pourrais en dire autant de la Commune renversée tout aussi brutalement alors qu'ils reformaient gentiement en faisant l'inadmissible comme par exemple, opposer un prix maximum au prix du pain. Ou interdir le travail le dimanche.

Ou le directoire, le truc chaotique et corrompu renversé par notre sauveur Napoléon, qui avait osé "prendre l'argent où il est" en faisant un impôt qui taxait plus les riches que les pauvres (ça change des boucliers fiscaux actuels). Ils avaient aussi osé interdir que les riches "achètent un pauvre" pour aller à la guerre à leur place dans les mobilisations.

Je crois que je ne suis plus à convaincre ; si l'on pouvait recommencer à 0, tout rendre et mieux se partager les choses, même si ça me fait vivre plus précairement au début, perdre des objets auquels je suis attaché. Franchement, je ne dis pas non, je suis même pour (et oui, c'est plus facile à dire qu'à faire, je suis certain que ça me ferait mal au moins psychologiquement).
On aurait pas besoin d'être aussi violent, cependant, mais quelque chose comme le "salaire de vie" me semble aussi aller dans le bon sens.

Robespierre disait "La plus grande partie de nos concitoyens est réduite par l'indigence à ce suprême degré d'abaissement où l'homme, uniquement occupé de survivre, est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donnés." ; aujourd'hui je pense que c'est encore le cas.
Certes nous travaillons moins qu'à l'époque, mais notre temps de cerveau est plus que jamais sollicité : télévision, radio, polémiques sans fin qu'on répète (ici dieudonné, là le féminisme, le racisme, le terrorisme, etc.) ; les jeux aussi, de hasard, vidéos. Des séries interminables, transpirant de messages suggestifs...

La chose qu'on ne pose pas, et qui pour moi est le sujet important, c'est le partage des richesses. C'est l'éthique qu'il y a à permetre à un homme de gagner plus que cent autres en ne travaillant presque pas. C'est aussi se demander pourquoi il faut autant d'argent pour se présenter sérieusement à des élections. Pourquoi ces gens riche qui ne travaillent pas sont toujours où ils sont ?
Par respect pour le droit de propriété ?

C'est, depuis qu'on a renversé les nobles, le dogme des nouveaux rois, les bourgeois. Les possédants. De là découle tout le reste à mon sens.
Le travail qui est mis au centre des vies, la montée du chômage qui permet de toujours être plus violent et selectif en tant qu'employeur. Le choix du nucléaire, de la privatisation des secteurs du transport, du courrier, et de l'eau. Le fait que l'état crée l'argent en l'empruntant à des banques plutôt que de le créer lui-même (voir "argent dette" de Paul Grignon).

L'opium du peuple, ce fut la religion, mais il y a longtemps que ce n'est plus elle. Aujourd'hui c'est des médias bien vissés, le respect de la propriété privée vissée au plus tôt dans la tête des bambins... Voilà, ce genre de choses. Et c'est mauvais pour le bien commun.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Patamax le 14 Fév 2015 22:41

Message éffacé, et une copie est conservée ou cas ou :merci:
C'est pour la liberté d'expression que je fait ca bien sur :mdr3:
Modifié en dernier par Patamax le 15 Fév 2015 04:09, modifié 1 fois.
Patamax
 
Message(s) : 103
Inscription : 03 Fév 2015 11:31
Localisation : 14000 Caen

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 15 Fév 2015 00:16

[ne sachant trop quoi retirer, pour pas porter préjudice, je retire tout mon pavé >.>]
Modifié en dernier par 0tyugh le 15 Fév 2015 02:58, modifié 1 fois.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Emilio le 15 Fév 2015 01:48

Je n ai rien contre les delires , sauf que certains sont punis par la loi (Gayssot) et exposent son auteur , Patamax, et ce forum meme .

La charte du forum le rappelle, alors je veux bien etre puni , perso , en censurant une blague sans importances , pas d ego a defendre , je suis un producteur de blagues, mais jamais je n oserais ecrire ce que je viens de lire de Patamax. Je ne crache jamais sur des victimes . Et pour ma part , pas besoin d une loi repressive pour l accepter. C est juste un respect , et de socialisation, acceptee ou pas.

Ces propos delirants n engagent pas uniquement son auteur , le forum est complice de la diffusion (ce n est pas moi qui l invente) . Cette loi CONDAMNE le negationnisme et son expression est interdite en France et ailleurs. J avertis du risque pris , après faudra pas pleurer , s il y a consequences graves, et par les temps qui courrent…

Ce n est pas a moi de faire le menage, mais certains veillent .

A bon entendeur salut .
Emilio
 
Message(s) : 173
Inscription : 23 Juin 2014 17:27

Re: L'importance de la définition des mots

Message par 0tyugh le 15 Fév 2015 02:57

Avec le recul, c'est pas faux. Je suis complètement tombé dans la théorie (je pense en effet qu'on devrait avoir le droit de dire n'importe quoi, en discuter, et en tirer ce qu'il faut sans dogme), j'en oubliais les réalités (qu'on est sur un forum publique, et que c'est pénalement dangereux)... J'ai de la famille qui deviendrait assez fou de rage à lire un des passages, ou même de savoir que je n'ai pas réagi autrement que par curiosité à ça. Je peux comprendre que l'on soit braqué sur des désastres terribles (chose où; personnellement, je suis incapable d'imaginer à quel point ça a dû être choquant).

C'est exact. Je retire mes citations de toi (que j'envoie en mp), Patamax. Tu gères toi-même pour le reste.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 977
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: L'importance de la définition des mots

Message par Dom le 15 Fév 2015 15:23

J'ai pu lire ce qu'il y avait eu de marqué et ais plutôt été surpris qu'indigné par les propos de patamax car, sur certains post, il fait preuve de discours mesurés, réfléchis et par delà même cohérents.
Par contre, sur celui ci, j'ai surtout eu l'impression d'avoir un discourt trop emprunt d'émotion et avec peu de recul, le rendant peu cohérent.

D'ailleurs, il n'est pas le seul à qui cela arrive.

Amicalement ;)

Dom.
Dom
 
Message(s) : 350
Inscription : 03 Juil 2014 19:46
Localisation : morbihan

Re: L'importance de la définition des mots

Message par cazhaa le 15 Fév 2015 17:14

C'est marrant, j'ai l'impression que Jacquard se noie dans un tout petit verre d'eau :gene:

Qu'il y ait une élite dirigeante ?

Ben oui, c'est le propre de tous les systèmes sociaux (humains et animaux).
Que cette élite soit élue ou autoproclamée ne change rien à l'affaire tant qu'elle agit pour le bien commun.

Il reste seulement la question de savoir si le fait de gouverner doit être une charge ou un privilège .

Jacquard pose la question : " la société au service des individus ou les individus au service de la société ?"
C'est pour moi une question absurde puisque les deux sont vrais (nous œuvrons pour le bien de la société, et elle nous protège en retour)

Mais si nous remplaçons "société" par "dirigeant" la question prend tout son sens :
"Les dirigeants au service des individus ou les individus au service des dirigeants ? "

Les inégalités ne sont que la conséquence des privilèges que les dirigeants ont pris (ou que nous leur avons donné).
Rien n’empêche d'être l'égal en droit ou en revenus de notre président si la constitution le prévoit ainsi ...

Etienne Chouard s'est émerveillé de voir comment certaines sociétés avaient un rapport particulier avec leurs élites :

Il cite pour exemple les pirates . Ils avaient un chef, mais celui-ci n'avait de pouvoir que pendant l'abordage.
Le reste du temps, il était l'égal du mousse qui lavait le pont...

Peut-être pourrions nous nous en inspirer....
"Quand on a pas de technique, il faut y aller à la zob ! "
-Perceval de Galles-
Avatar de l’utilisateur
cazhaa
 
Message(s) : 104
Inscription : 02 Avr 2014 09:49
Localisation : [81] Tarn

Suivant

Retour vers Société

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Information

L’équipe • Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]