Le frêne comme source de fertilité

Ici vous parlerez de vos fruitiers préféré, de vos bois preferés et de vos prouesses en greffe!

Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 22 Sep 2013 13:38

Je suis en train de dévorer le jardin forêt de Patrick Whitefield, c'est un régal ce bouquin: toutes ses petites astuces, la structuration claire, je le recommande chaudement à tous les passionnés d'arbres et de permaculture.

Par contre il ne fait pas mention d'un arbre très courant et auquel je m'intéresse beaucoup, le frêne commun (fraxinus Excelsior). Feuillage à décomposition très rapide, nutritif, commestible, ombre légère, feuilles tardives (fin mai), système racinaire parmis les plus développés (= bon pour l'aération du sol?), croissance rapide, particulièrement adapté à l'étrognage.

Je voudrais en faire des trognes (production de brf, piquets, feuilles mortes, plus effet des raçines) les plus proches possible de buttes de culture.

Avez vous des infos supplémentaires sur cet arbre dans ses interactions avec des cultures proches? Y en à t'il d'autres qui vous viennent à l'esprit avec des propriétés intéressantes et fertilisantes pour les plantes avoisinantes? Y a t'il également des contrindications (système racinaire trop envahissant par exemple)?
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Krissounette » 22 Sep 2013 15:10

La première chose qui vient à l'esprit quand on parle de frêne c'est que ça pousse où il y a beaucoup d'eau. Peut-être pas adapté à beaucoup de situation. Je ne sais pas.

Sinon "comestible", quoi donc ? les graines ?
Krissounette
 
Message(s) : 359
Inscription : 17 Sep 2013 17:34

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Mulateru » 22 Sep 2013 15:44

flyingdust a écrit :Je suis en train de dévorer le jardin forêt de Patrick Whitefield, c'est un régal ce bouquin: toutes ses petites astuces, la structuration claire, je le recommande chaudement à tous les passionnés d'arbres et de permaculture.

Par contre il ne fait pas mention d'un arbre très courant et auquel je m'intéresse beaucoup, le frêne commun (fraxinus Excelsior). Feuillage à décomposition très rapide, nutritif, commestible, ombre légère, feuilles tardives (fin mai), système racinaire parmis les plus développés (= bon pour l'aération du sol?), croissance rapide, particulièrement adapté à l'étrognage.

Je voudrais en faire des trognes (production de brf, piquets, feuilles mortes, plus effet des raçines) les plus proches possible de buttes de culture.

Avez vous des infos supplémentaires sur cet arbre dans ses interactions avec des cultures proches? Y en à t'il d'autres qui vous viennent à l'esprit avec des propriétés intéressantes et fertilisantes pour les plantes avoisinantes? Y a t'il également des contrindications (système racinaire trop envahissant par exemple)?


C'est un arbre excellent sur nombre de points. (je ne t'apprends rien...)

Le feuillage est plus dense que celui du Févier d'Amérique, mais il produit également plus de MO, et surtout il peut être conduit facilement en trogne. Pour le système racinaire, aucun soucis, la racine pivotante est peu envahissante (bon c'est relatif, car on sait que le système racinaire évolue principalement en fonction de la nature de ton sol) , et lorsqu'il est situé en bordure de parcelle, il offre une excellente solution pour à la fois délimiter mais aussi protéger des vents dominants. On le retrouve d'ailleurs très souvent dans les systèmes sylvo-pastoraux des Pyrénées pour délimiter les herbages en basse montagne et offrir une protection aux troupeaux. Ce sont des arbres qui conduits en têtards ont l'avantage d'être peu hauts, facile d'accès, tout en stabilisant le sol, par leur système racinaire (enfin cela tend à devenir rare malheureusement, car les bergers les suppriment de plus en plus...) En plus leur croissance est plutôt rapide et leur régénération de bonne qualité.

Il est peu exigeant, et au nord de la Loire c'est vraiment l'idéal. Je m'étais arrêté sur cet arbre et Salix Alba pour ma trogneraie. J'alterne, même si Salix Alba à tendance a plus creuser avec le temps que Fraxinus Excelsior...

Bref, un bon arbre dans nos régions au climat tempéré. :)
Mulateru
 
Message(s) : 88
Inscription : 13 Mai 2012 22:19
Localisation : Loir et Cher (41)

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par andros » 22 Sep 2013 19:32

les feuilles font du fourrage pour nombre d'animaux.
un paysan m'avait parlé qu'une branche de frêne pouvait nourrir 3 animaux différents à la suite, je me souviens plus trop du truc, les premier animal mangeait les feuilles, le suivant l'écorce, le dernier le reste (y'avait des chèvres et des lapins si je me souviens bien)

le frêne fait du bon bois de chauffage qui brûle mais avec un séchage moyen, en gros il brûle pas sec.

ça fait des manches pour les outils, du bois d'œuvre, etc.
andros
 
Message(s) : 124
Inscription : 09 Juil 2013 17:23

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 22 Sep 2013 20:33

Merci pour vos réponses! L'idée est donc d'avoir des trognes très proches des cultures afin d'avoir des interractions plus poussées que le simple broyat transféré, et des arbres qui ont par exemple des effets améliorants reconnus (azote ou autre )
Je tenterai donc le frêne, on verra bien :-) Il me semble en effet qu'il ne fait pas trop de raçines en surface et dans ma Belgique natale il ne devrait pas trop manquer d'eau, surtout si je mets mes trognes dans l'allée (creux) de 2 buttes.(a condition de la faire large l'allée)

Whitefield mentionne également l'aulne de corse (alnus cordata, besoins moindre en eau que l'aulne glutineux) comme arbre fixateur d'azote et à feuille riche bien que non légumineux.
Il parle de l'arbre aux pois également (caragana arborescens) qui a l'air assez intéressante (gousses commestibles à l'instar des pois mangetoux).
Par contre selon lui le févier d'amérique ne figure pas parmis les arbres fixateurs d'azote (mais légumineuse quand même)

Donc je cherche si possible des variétés qui font leurs feuilles tard dans la saison ou alors feuillage fin (la moins importante des conditions), ne drageonnent pas (exit tilleul, sureau), ne font pas trop de raçines superficielles (exit merisiers), ne sont pas excessivement gourmandes en eau (exit saule blanc), et se décomposent assez vite en broyat (exit chêne) (secondaire également).

J'ai comme idée pour accompagner ces frênes dans les allées trognées des: aulnes de corse, bouleaux, charmes, sorbier, saule marsault (pas de besoins immodérés en eau),érables .


Vous en voyez d'autres? Des mauvaises expériences avec certaines de ces essences?Plus c'est varié plus j'aime!
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par andros » 23 Sep 2013 12:33

flyingdust a écrit :afin d'avoir des interractions plus poussées que le simple broyat transféré

tu peux développer sur les interactions ?
ça va servir à quoi les trognes ? quel bénéfice direct veux-tu en tirer, quels bénéfices indirectes ?
andros
 
Message(s) : 124
Inscription : 09 Juil 2013 17:23

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 23 Sep 2013 19:08

[/quote]
tu peux développer sur les interactions ?
ça va servir à quoi les trognes ? quel bénéfice direct veux-tu en tirer, quels bénéfices indirectes ?[/quote]

Bénéfices directs: la décomposition d'une partie des raçines chaque année (phénomène non négligeable). Comme un arbre est encore beaucoup plus apte qu'une vivace (et ne parlons pas d'une annuelle) à aller chercher des nutriments et de l'eau en profondeur, je pense qu'en sélectionnant précisément des essences, celles-ci entre autre par la décomposition de leurs raçines, ont des effets nutritifs intéressants sur les plantes proches (vivaces et annuelles) sans entrer en compétition avec celles-ci.
Les trognes peuvent servir de tuteur naturel aux capucines, potirons, haricots grimpants,..., de structures stables et très solides pour placer d'autres tuteurs (pour tomates par exemple)
Un ombrage léger pendant les heures les plus chaudes, protection légère contre les fortes pluies, ...
Fixer de l'azote (aulne de corse)
Les feuilles tombent directement sur la butte à l'automne= moins de déplacements d'un point A à un point B = Plus grande stabilité du système car on enlève moins à A (arbre)pour donner à B (buttes)
Effets indirects:
Ils sont intuitifs pour la plupart mais je ne sais pas vraiment l'expliquer (ou alors de façon très très développée)
Selon whitefield dans une culière à café de terre, il y a davantage d'organismes vivants que d'êtres humains sur la terre.
On pourrait donc en déduire qu'on connaît très très mal le sol, même nous permaculteurs, qui nous y intéressons de plus près que bien des gens.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 23 Sep 2013 21:37

J'ai un beau parterre d'aromates vivaces et rustiques dans lesquel je mets des annuelles éparses (poivrons, aubergines, sauge ananas, citronelle, verveine, coriandre) le tout au pied d'un sureau taillé en parasol ( comme il est derrière les plantes exposées sud, il ne prend pas de lumière tout en adoucissant bien la drache nationale. La cohabitation se passe plutôt bien sauf que toutes les mois quasi, je dois recouper des drageons qui partent du sol, ce qui demande vraiment trop de boulot.

Tout ça pour dire que c'est ce genre d'erreur que je souhaite éviter à l'avenir, tout en persistant plus que jamais dans une très proche proximité arbres/cultures. Par exemple à cet endroit un ou plusieurs Marsault aurait sans doute mieux fait l'affaire qu'un sureau.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par alix » 24 Sep 2013 12:57

je ne pense pas le marseau pousse encore plus vite que le sureau
alix
 
Message(s) : 1186
Inscription : 30 Jan 2010 18:20
Localisation : dordogne

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par andros » 24 Sep 2013 13:29

flyingdust a écrit :Un ombrage léger pendant les heures les plus chaudes, protection légère contre les fortes pluies, ...

pour un climat méditerranéen, je comprends.

Mais attention, en fonction des essences et de la périodicité de l'émondage, la trogne peut avoir un feuillage plus ou moins dense.
Pour les salix, on peut émonder chaque année
Pour le chêne c'est tous les 6-8 ans généralement
pour le charme, tous les 15-20 ans
et pour mes cheveux tous les 2 mois :hehe:
flyingdust a écrit :Les trognes peuvent servir de tuteur naturel aux capucines, potirons, haricots grimpants

ce sont des plantes plutôt héliophiles, et pour ce que j'ai cultivé, ça donne mieux au soleil... mais après ça dépend où se trouve ton terrain, sous quel climat
andros
 
Message(s) : 124
Inscription : 09 Juil 2013 17:23

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Madudu » 24 Sep 2013 14:44

Le frêne ne convient pas pour faire des piquets, ça tiens pas en extérieur. C'est également une essence réputée très compétitive, avec un enracinement de surface très étendu. En trogne il doit être moins bon compétiteur étant donné qu'il a moins de feuilles pour pomper la solution du sol, mais quand même.

Le frêne est une essence potentiellement intéressante en association avec les cultures d'hiver, mais je ne pense pas que ce soit le cas avec les cultures de printemps et d'été. En fait son cycle est un peu particulier, il démarre très tard et effectue sa croissance essentiellement en été : cela explique probablement pourquoi il aime les lieux frais voir humides. Après, j'en au vu dans des marnes quasiment stériles dominées par des bosquets de genèvriers... il est bien plus rustique que ce qu'on peut en lire un peu partout, mais valorise aussi les terres les plus fertiles.

Donc en association avec un truc qui se récolte au printemps ou au début de l'été pourquoi pas, mais sinon c'est risqué je pense. Et d'une manière générale, l'arbre n'est pas vraiment compatible avec une culture qui fait sa croissance en été. Mais pourquoi pas après tout, on peut imaginer l'associer à des cultures d'été après une taille, voir deux années : de cette manière on place les cultures d'été au moment où l'arbre (quel qu'il soit) est forcément le moins compétitif. Pour une taille tous les 4 ans, ça pourrait donner 2 années de cultures de printemps ou d'été suivies de deux années de cultures d'hiver.
Madudu
 
Message(s) : 335
Inscription : 14 Déc 2012 17:59

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 24 Sep 2013 19:19

Je n'ai pas l'impression qu'un arbre rentre tellement en compétition avec des annuelles, leurs différences de capacités d'explorations racinaires sont tellement disproportionnées.
Et le trognage doit encore adoucir le phénomène de compétition comme tu dis.
Les gestions principales à faire à mon avis ce sont l'ombrage et le besoin en eau, et pour la gestion de la lumière je m'y connais assez bien. De la taille de transparence dans l'éventail de branches des trognes n'est pas à exclure certaines fin de saison (le moment ou la lumière est la plus cruciale pour la prolonger justement, la saison).
Ce serait des trognes à rotation assez courtes comme tu l'as souligné Madudu, avec taille bisannuelle en moyenne.
Les saules marsaults et les sureaux croissent tellement vite que je peux les trogner chaque année (trois mètres de croissance facile), les autres arbres,petite taille d'éclaircie la première année si nécessaire, étrognage la seconde.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 24 Sep 2013 19:21

et le sureau me semble un bon bois de piquet ou tuteur, il me semble qu'il met beaucoup de temps avant d'être attaqué par les champignons.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Madudu » 25 Sep 2013 13:00

La différence d'exploration racinaire entre ligneux et herbacées est très variable, et d'autant moindre que les cycles de développement coïncident.
D'où l'intérêt de l'association cultures d'hiver/ligneux à débourrement tardif, l'eau est consommée d'abord par les herbacées qui assèchent donc le profil. Ainsi, et d'autant plus que le printemps et l'été sont secs, l'arbre va chercher profond et complète les herbacées. Par contre lorsque les cycles coïncident les ligneux étant davantage compétitif ils se servent en premier.
Par la taille on peut se donner un peu plus de liberté, mais il faut quand même garder à l'esprit qu'il y a une "éducation" à opérer sur le ligneux et qu'il faut être assez constant pour que le caractère se maintienne.
Madudu
 
Message(s) : 335
Inscription : 14 Déc 2012 17:59

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 26 Sep 2013 22:18

Très intéressant Madudu :amen:
J'ai l'impression que la ou un arbre de type frêne étrogné tous les deux ans va poser un handicap aux cultures herbacées du dessous, ce n'est pas au début du printemps (puisqu'il débourre tard), mais plutôt de fin d'été jusqu'aux premières gelées.
A ce moment ou on essaie de prolonger au max la saison et des rendements potables, chaque rayon de soleil est précieux (ce qui est beaucoup moins le cas en juin, juillet, août je trouve).
Il faudrait peut être alors une sorte de prétaille au mois de septembre, sachant que le soleil baisse alors on relève le houppier (style balais de sorcière) en ne gardant que les branches les plus verticales.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Madudu » 27 Sep 2013 13:52

Sinon tu acceptes de laisser l'arbre dominer pendant une partie de la saison, sachant que c'est son rôle : l'objectif c'est de trouver une complémentarité entres deux ensembles d'espèces aux stratégies très différentes, et ainsi d'augmenter l'efficacité du système à l'échelle d'une année ou d'une rotation. Si tu veux cultiver des trucs dont tout ou partie du cycle coïnciderait avec celui de tes ligneux, soit tu affaiblis ton ligneux pour l'occasion (sans pouvoir le faire systématiquement, sinon il risque fort de crever :gene: ) soit tu n'installes pas de ligneux.
Madudu
 
Message(s) : 335
Inscription : 14 Déc 2012 17:59

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par tolrec » 29 Sep 2013 00:13

On le retrouve d'ailleurs très souvent dans les systèmes sylvo-pastoraux des Pyrénées pour délimiter les herbages en basse montagne et offrir une protection aux troupeaux. Ce sont des arbres qui conduits en têtards ont l'avantage d'être peu hauts, facile d'accès, tout en stabilisant le sol, par leur système racinaire (enfin cela tend à devenir rare malheureusement, car les bergers les suppriment de plus en plus...) En plus leur croissance est plutôt rapide et leur régénération de bonne qualité.

Bref, un bon arbre dans nos régions au climat tempéré. :)
[/quote]

Quand je vivais en Aveyron, le frêne était très présent et mené en trogne, il était très proche des habitations, disons proche des bâtiments des animaux , taillé tout les 2/3 ans.

Après les sections devenaient difficiles à coupé avec des outils à mains,( nos ailleux n'avaient pas nos machines) et les trognes cassantes. Donc dangereuses, car près de notre maison et dans le hameau les arbres étaient taillés hauts, il fallait une échelle.

La repousse des branches poussaient très vite et très verticales avec un feuillage plûtôt léger.

un paysan m'avait parlé qu'une branche de frêne pouvait nourrir 3 animaux différents à la suite, je me souviens plus trop du truc, les premier animal mangeait les feuilles, le suivant l'écorce, le dernier le reste (y'avait des chèvres et des lapins si je me souviens bien)

le frêne fait du bon bois de chauffage qui brûle mais avec un séchage moyen, en gros il brûle pas sec.

ça fait des manches pour les outils, du bois d'œuvre, etc.

[/quote]

Après la coupe on mettait les fagots à la grange à sécher, pour les lapins, on leur donnaient durant l'hiver, ils rongeaient toute l'écorce, et cela avait l'air d'être pour eux un met de choix.
Avatar de l’utilisateur
tolrec
 
Message(s) : 22
Inscription : 23 Août 2010 07:10

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par garance11 » 29 Sep 2013 14:28

Il y a un petit mais très intéressant livre de Bernard Bertrand dans la collection Le Compagnon Végétal "Le Frêne, arbre des centenaires"
qui fourmille d'anecdotes, conseils, usages ( fabrication de certains outils, de jouets etc. ) contes et dictons.

Un tableau comparatif ( matière azotée totale, cellulose brute, matière minérale, SiO² %, P %, Ca %, Mg %, K %, Na %, Mn en mg par kg, Cu en mg par kg ) entre le fourrage de feuilles de Frêne et 3 sortes de prairies naturelles 1ère coupe, démontre très clairement la plus grande qualité fourragère de la feuille de frêne.
<< ...les auteurs du tableau montrent à travers la rapport matière azotée totale sur cellulose brute, que le fourrage de Frêne a un taux de digestibilité nettement meilleur que ses concurrents (y compris le foin de luzerne dont le même rapport n'est que de 0,53 % ). Le foin de Frêne convient donc très bien pour les femelles allaitantes, d'autant que sa richesse en calcium est également nettement supérieure aux autres échantillons analysés.>>

Je terminerai par un dicton tiré de ce livre

<< Regardez bien la pousse des arbres,
Si le Chêne est vert avant le Frêne,
Vous serez sec jusqu'à l'automne
Si le Frêne est vert avant le Chêne
Tout l'été sera mouillé. >>

à vérifier ;)
garance11
 
Message(s) : 14
Inscription : 26 Sep 2012 16:42

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par Madudu » 29 Sep 2013 14:46

Les feuilles de frêne sont effectivement très digestibles et riches en azote, mais il est beaucoup moins productif en fourrage que les herbacées fourragères. Il s'agit donc d'un produit qui peut être intéressant, mais on ne doit pas en conclure qu'il peut être une des bases de l'alimentation des ruminants. D'autant que la récolte est bien plus gourmande en main d’œuvre que celle de l'herbe, et que son écorce est longtemps lisse et appétante pour les chèvres et dans une moindre mesure pour les brebis et les équidés.

La luzerne n'est pas très digestible mais c'est là une partie de son grand intérêt, il s'agit d'un fourrage à la fois fibreux, appétant et riche. Elle est en plus très productive et adaptée aux climats secs, difficilement comparable au frêne donc :)
Madudu
 
Message(s) : 335
Inscription : 14 Déc 2012 17:59

Re: Le frêne comme source de fertilité

Message par flyingdust » 29 Sep 2013 22:32

@ Garance: effectivement j'ai vu cette collection en librairie. Ces petits bouquins sont plein de charme, par contre j'ai halluciné en voyant le prix, je m'attendais à max la moitié.
Qu'est-ce qui justifie douze euros pour un minuscule bouquin d'une cinquantaine de page quand le jardin forêt de whitefield autrement plus fournit se trouve à 20 euros?
Bref, je suis partagé entre mon attirance pour ce bouquin qui semble franchement intéressant et mon indignation par rapport au prix pour un livre (fascicule?) aussi riquiqui.
La solution serait peut être que je me fasse une séance librairie et que je le lise en rayon (bien concentré, en 2 heures c'est plié) :)
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 12:16
Localisation : Bruxelles

Suivant

Retour vers Les arbres

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité