Accéder au contenu

Enfouissement de matière organique et microbiologie des sols

Vie des sols, compost, brf, mulch, paillages, buttes...

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par flyingdust le 23 Mars 2014 21:18

Un compost à froid, c'est le même rythme quasiment que celui de la dégradation d'un couvert forestier de MO. Les seules choses à faire sont de bien doser les matières, protéger le tas des éléments trop intenses(vent, pluie, soleil), et empêcher des racines pérennes de s'y installer. Il est donc clairement question de faire mieux, pour nous humains, c'est à dire de créer un cadre de vie qui nous est plus amène,accueillant. Le productivisme est tout à fait sain à partir du moment ou il ne se fait pas sur la dilapidation d'un capital (pétrole, nucléaire, biodiversité). Et mieux pour nous humains, c'est avoir toujours davantage de nouvelles plantes comestibles, fruitiers, des techniques de plus en plus efficientes,...

Ne faisons donc pas de la philo pour les nuls, le forum est archi plein de ces débats sur "l'éthique", sur un mot mal interprété,etc... Parlons peu, parlons bien, parlons techniques, objectifs, durabilité,efficience, biodiversité, agradation, retours d'expériences.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 11:16
Localisation : Bruxelles

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Renaud le 24 Mars 2014 20:19

Sur certaines zones de mon potager, je dépose la matière organique directement sur le sol, puis je mets un paillage.
Ce que je trouve intéressant, c'est de stimuler et de faire vivre l'écosystème sol. Je le nourris directement, en son sein.
Dans ce cas le processus est interne au sol.

J'ai un tas de compost, bien rempli de vie, mais en l'étalant mon sentiment est d'apporter un aliment prédigéré au sol. Je by-pass une fonction du sol, donc certains de ces acteurs pourraient disparaître..
Petit à petit, je passe au compostage de surface avec mulching (si possible).
Ce qui me conforte dans ce sens, c'est l'odeur de sous-bois de la terre !! Plus la vie qui grouille..

Je suis également intéressé par le productivisme, dans les conditions que tu avances Flyingdust, mais j'ai envie de rester attentif.
Il me semble qu'il y a une limite au-delà de laquelle ça peut devenir dangereux ..

Ci-dessous le lien d'une courte vidéo d'un agriculteur retraité qui explique dans quelle logique les produits phytos se sont introduits dans la vie de paysans..
http://www.youtube.com/watch?v=5nh7F9kdoeA
Renaud
 
Message(s) : 153
Inscription : 23 Nov 2013 19:55
Localisation : Belgique

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par flyingdust le 24 Mars 2014 21:19

@ Renaud: moi je fait un mélange des deux, cad: lorsque l'automne démarre je paille mes buttes coffrées (donc des bacs en fait) avec un semi compost (compost à froid qui a travaillé six mois plus ou moins). L'avantage est qu'un semi compost va bien mieux résister au vent que la pose de feuilles mortes fraîches (à moins de les recouvrir d'une couche de tontes de gazon mais même comme ça, c'est davantage sujet à être emporté par le vent). Et au printemps/été, je mets tout dans mon (mes) compost(s) (restes de cuisine, mauvaises herbes, etc). Je dois donc veiller à ce qu'il y ait un minimum de terre à nue avec une haute densité de culture, et/ou éventuellement du brf pour combler les espaces vides (matière qui selon moi est la moins dégradée par l'action des éléments).
A ce propos il y a chaque année un compost que j'interromp une fois passé les saintes glaces et dans lequel je met un paquet de potirons (je les oriente tous dans des directions différentes) car ils poussent merveilleusement bien dans le compost.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 11:16
Localisation : Bruxelles

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par flyingdust le 24 Mars 2014 23:49

"J'ai un tas de compost, bien rempli de vie, mais en l'étalant mon sentiment est d'apporter un aliment prédigéré au sol. Je by-pass une fonction du sol, donc certains de ces acteurs pourraient disparaître..
Petit à petit, je passe au compostage de surface avec mulching (si possible).
Ce qui me conforte dans ce sens, c'est l'odeur de sous-bois de la terre !! Plus la vie qui grouille.."

Quand je bêche et retourne une motte bien dense de gazon (pas un gazon monospécique et traité chimiquement bien sur), ça grouille de vie également au niveau des racines. Les plantes attirent la faune simplement par leur présence dans le sol.
Lorsque les plantations sont denses les plantes jouent ce rôle de paillage du sol, il s'agit la d'un paillage vivant, et qui va résister aux éléments grâce à son système racinaire bien installé.

Lorsqu'on travaille par exemple selon la méthode richard wallner (entre autre), donc enlever les "mauvaises herbes" et les étaler sur le sol, une partie importante des nutriments de ces plantes déracinés et exposées aux éléments va être perdue (et mettre ces plantes sous un paillis comme tu l'expliques, représente à mes yeux (pour l'avoir fait également) trop de chipotage.

Voilà pourquoi je préfère le compostage en tas plutôt que la méthode Wallner, du moins pendant la haute saison (celle ou le soleil oxyde le plus la matière) et du moins pour les matières autres que le brf.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 11:16
Localisation : Bruxelles

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 08 Juin 2014 08:49

Bonjour à tous,

Je relance ce sujet, qui d'ailleurs m'a fait connaître le forum permaculture (je me suis présenté ici: http://forum.permaculture.fr/viewtopic.php?f=12&t=11853).
A vous suivre, je crains avoir fait de grosses bêtises: depuis presque 2 ans, pour la plantation de mes arbres et arbustes, je balance dans le trou de plantation les
déchets de cuisine qui vont habituellement au compost (y compris os et un peu de viande). Je rajoute généralement une pelletée de cendres, je couvre le tout
de déchets verts frais, j'urine dedans quand l'occasion se présente puis, au moment de la plantation (quelques jours ou quelques mois plus tard suivant les cas),
je tasse en faisant des sauts dans le trou (l'idée - sûrement très mauvaise - est de limiter l'affaissement ultérieur), je rajoute une poignée d'engrais bleu (pour éviter
une "faim d'azote") ainsi qu'une couche de 10 à 30 cm de terre, afin que les racines de la plante ne soient pas immédiatement en contact avec ces matières organiques.
Je plante, je rebouche autour avec la terre et je paille avec un carton recouvert de morceaux de bois (généralement du pin) en cours de décomposition.

J'ai planté ainsi il y a 18 mois, sous la forme de jeunes plants récemment germés, pêchers et hêtres, plus des laurier-cerise assez grands que j'ai transplanté.
Tous se développent à ce jour normalement. Plus récemment, j'ai planté (sous forme de plants déjà bien développés) kaki, cerisiers et petits fruits.

L'idée de ce protocole m'était venue en considérant le compostage en tranchée (présenté page 106 du livre "Vivre (comme) à la campagne". Auteurs Dick and James
Strawbridge. Editeur : Larousse). Avant, ne disposant pas de composteur mais par contre de beaucoup de place, je compostais en tas, mais depuis 2 ans nous avons
un chien qui déterre et mange tout ce qui sent un peu fort (ce qui fait que si je jette les déchets sans les enterrer profondément, le chien les sent et se met à creuser).
La différence essentielle entre le compostage ainsi présenté et ce que j'ai fait, c'est que je l'applique à des arbres et arbustes (alors qu'il est plus particulièrement
conseillé à des potirons et courgettes dans le livre) et surtout, j'enterre plus profondément mes déchets puisque le trou de plantation est plus profond (jusqu'à 80 cm
dans mon cas, un fer de bêche - soit environ 30cm - dans le livre). Donc à vous lire, je risque bien plus la situation anaérobique que certains décrivent comme
catastrophique.

Donc, que pensez-vous qu'il risque d'arriver à mes plantations ?
Puis-je considérer qu'après 18 mois si une catastrophe avait dû arrivé, je l'aurais déjà constatée ?
Mais après tout, quelles sont les conséquences d'un compostage anaérobique ? je n'ai lu jusqu'ici que des mises en garde, mais aucune description du pourquoi
il ne fallait pas faire ça: pourriez-vous m'en dire plus avec si possible des liens de référence ? (par ailleurs j'avais lu - mais je ne sais plus où - qu'il était tout
à fait possible de composter en situation anaérobique et que le compost obtenu était de même qualité, sauf que ça prenait plus de temps).

En vous remerciant par avance d'avoir pris le temps de me lire, voire même de me répondre !

Bien à vous,
Jacques.
Modifié en dernier par Jacques56 le 08 Juin 2014 19:19, modifié 1 fois.
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Mulateru le 08 Juin 2014 19:02

Jacques56 a écrit :Donc, que pensez-vous qu'il risque d'arriver à mes plantations ?
Puis-je considérer qu'après 18 mois si une catastrophe avait dû arrivé, je l'aurais déjà constatée ?
Mais après tout, quelles sont les conséquences d'un compostage anaérobique ? je n'ai lu jusqu'ici que des mises en garde, mais aucune description du pourquoi
il ne fallait pas faire ça: pourriez-vous m'en dire plus avec si possible des liens de référence ? (par ailleurs j'avais lu - mais je ne sais plus où - qu'il était tout
à fait possible de composter en situation anaérobique et que le compost obtenu était de même qualité, sauf que ça prenait plus de temps).

En vous remerciant par avance d'avoir pris le temps de me lire, voire même de me répondre !

Bien à vous,
Jacques.


Le principal obstacle au compostage anaérobique est le risque de putréfaction et le déséquilibre aérobie/anaérobie dans ton processus qui te mène au produit fini (le compost, ou du moins, quelque chose qui s'en rapproche) . Le résidu sera ainsi de qualité moindre en terme de vie microbiologique tout comme il pourra agresser tes plantes via la libération de composés volatils (ammoniac...) [je te renvoie au cycle du compost qui passe par différentes phases, aérobie avec montée de température, puis anaérobie]

Concernant l'éventuelle catastrophe, tu ne vois pas grand chose, car les racines de tes arbres qui respirent comme ses autres parties sont sans aucun doute un levier dans l'apport d'O2 aussi infime soit t-il, lorsqu'elles se développent, ce qui permet de maintenir une forme d'équilibre. (Cf. le livre Les racines : Face cachée des arbres)

Si tes arbres se développent correctement, je pense que cela reste un bon indicateur dans l'équilibre de ta technique que tu as mise au point.
Mulateru
 
Message(s) : 88
Inscription : 13 Mai 2012 21:19
Localisation : Loir et Cher (41)

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 08 Juin 2014 19:18

Mulateru a écrit : (Cf. le livre Les racines : Face cachée des arbres)

J'avais lu ce livre passionnant il y a quelques années mais il faut croire que j'étais loin d'avoir tout assimilé, je vais le ré-emprunter pour revoir cette partie...

Mulateru a écrit : Si tes arbres se développent correctement, je pense que cela reste un bon indicateur dans l'équilibre de ta technique que tu as mise au point.

Merci de me rassurer !
Mais est-ce que ça signifie que je peux continuer à planter suivant ce protocole ou vaut-il mieux tout arrêter, pour quelques années au moins ?
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Mulateru le 09 Juin 2014 10:40

Jacques56 a écrit :
Mulateru a écrit : (Cf. le livre Les racines : Face cachée des arbres)

J'avais lu ce livre passionnant il y a quelques années mais il faut croire que j'étais loin d'avoir tout assimilé, je vais le ré-emprunter pour revoir cette partie...

Mulateru a écrit : Si tes arbres se développent correctement, je pense que cela reste un bon indicateur dans l'équilibre de ta technique que tu as mise au point.

Merci de me rassurer !
Mais est-ce que ça signifie que je peux continuer à planter suivant ce protocole ou vaut-il mieux tout arrêter, pour quelques années au moins ?


Le mieux serait de faire l'expérience, en ayant un témoin du même genre voir famille que tu plantes sans te préoccuper de ton protocole et un autre où tu mets en place ton protocole, puis ensuite de comparer :)

Certes, cela va prendre quelques mois, voir années, mais ça vaut le coup je pense! (même si ton échantillon est minime, rien que pour toi, c'est une belle expérience que tu pourras ensuite transmettre, si cela marche [ou pas]!)
Mulateru
 
Message(s) : 88
Inscription : 13 Mai 2012 21:19
Localisation : Loir et Cher (41)

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par flyingdust le 09 Juin 2014 12:38

Pour ma part voilà les corrections que j'apporterai à ta technique:
1) ne pas mélanger les cendres à de la matière organique en décomposition: je pense que celles ci nuisent au processus de décomposition des autres matériaux, car c'est un produit fini, directement assimilable par les plantes et TRES concentré.
Par exemple plutôt mélanger les cendres à un compost bien mur (donc pauvre en vie organique, mais riche en éléments pompables progressivement par la plante) dans le trou de plantation. Je pense que tu peux rajouter à ce mélange et au trou de plantation, des os, coquilles diverses, peut être des coquilles d' œufs, fientes séchées, en ne mettant pas les racines en contact direct avec ces matières. Donc des matières sèches et minérales plutôt.

2) l'enfouissage de matière organique écrasée dans le trou de plantation me paraît contreproductif, mieux vaut les étaler en dessous d'un paillage de surface type brf (le brf va réfléchir les rayons solaires, protéger les matières fraîches du vent et si le taux d'azote de celles ci est suffisamment prononcé, accélérer la décomposition du brf). Il me semble qu'un trou de plantation enrichi en compost (en tout cas pour un arbre) va t'offrir une bien meilleure reprise que la méthode que tu emploies.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 11:16
Localisation : Bruxelles

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 09 Juin 2014 13:50

Mulateru a écrit :Le mieux serait de faire l'expérience, en ayant un témoin du même genre voir famille que tu plantes sans te préoccuper de ton protocole et un autre où tu mets en place ton protocole, puis ensuite de comparer

Tu as raison, j'ai souvent pensé à cette approche d'apparence la plus scientifique, mais il est difficile d'assurer que les autres paramètres restent identiques.
Par exemple je peux atteindre la roche dure dès 30cm de profondeur, ce qui m'oblige à sortir le marteau-piqueur, alors qu' un mètre plus loin la roche se pulvérisera en sable
au moindre coup de pioche.

Mulateru a écrit :Certes, cela va prendre quelques mois, voir années, mais ça vaut le coup je pense! (même si ton échantillon est minime, rien que pour toi, c'est une belle expérience que tu pourras ensuite transmettre, si cela marche [ou pas]!)

Je posterai le retour d'expérience dans ce forum, mais encore une fois il suffirait peut-être d'un seul paramètre différent (par exemple une terre moins légère que la mienne) pour que le résultat
soit tout autre chez quelqu'un d'autre. Cette difficulté à extrapoler d'une situation à une autre m'apparaît comme le gros obstacle à un développement scientifique de la permaculture, voire de la
culture en général...

Encore une question, est-ce qu'il est certain que si mes plantes se développent correctement, alors la dégradation de la matière organique se sera faite de manière aérobique ?
Autrement dit, est-on bien sûr qu'un processus anaérobique implique dans tous les cas de mauvaises performances ? (intuitivement je serais tenté de croire que si les racines n'atteignent la M.O. qu'après dégradation, peut importe comment la dégradation se sera faite. Mais ce raisonnement suppose que le résultat final soit identique quelque soit le processus, ce qui n'est probablement pas le cas).
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 09 Juin 2014 14:00

flyingdust a écrit :ne pas mélanger les cendres à de la matière organique en décomposition

D'accord, je vais arrêter cette pratique, dont l'idée était de lutter contre l'acidification (mon terrain sur sol siliceux étant naturellement à tendance acide).

flyingdust a écrit :l'enfouissage de matière organique écrasée dans le trou de plantation me paraît contreproductif

Oui, c'est bien ce que j'ai compris en lisant les messages de ce sujet et ce qui a provoqué mon inquiétude face à ce que j'avais fait !
Malheureusement il m'est impossible d'étaler des résidus alimentaires sous le paillage, mon chien creuserait pour les déterrer (ainsi que d'autres animaux car j'avais déjà, quoique bien moins souvent, de tels dégâts avant d'avoir un chien. Probablement un renard ou un blaireau). Donc la seule alternative me semblerait être le bac à compost. Encore un aménagement à prévoir !
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par flyingdust le 09 Juin 2014 14:16

"Donc la seule alternative me semblerait être le bac à compost. Encore un aménagement à prévoir !"

Ou alors quelques mètres de clotures en clés de châtaignier placées en forme circulaire (avec des piquets) et au centre un simple tas de compost.
flyingdust
 
Message(s) : 604
Inscription : 23 Août 2013 11:16
Localisation : Bruxelles

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par alexdanslesnuages le 09 Juin 2014 23:33

Plante tes arbres dans une terre légère et fertile. Recouvre la zone autour du tronc de bois.

Gain de fertilité entre un sol recouvert d'adventices ou nu et un sol recouvert de bois pour un arbre fruitier ?
"Retournez à vos livres et à votre fauteuil. Plantez vos arbres regardez les pousser. Si plus de gens chérissez leur foyer plus que l'or ce monde serait un endroit plus joyeux" Thorin à Bilbon ou quand la fantaisie prend un léger goût de réalité
Avatar de l’utilisateur
alexdanslesnuages
Site Admin
 
Message(s) : 1158
Inscription : 16 Nov 2012 12:28
Localisation : Hainaut

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par alix le 10 Juin 2014 08:28

"
Oui, c'est bien ce que j'ai compris en lisant les messages de ce sujet et ce qui a provoqué mon inquiétude face à ce que j'avais fait !
Malheureusement il m'est impossible d'étaler des résidus alimentaires sous le paillage, mon chien creuserait pour les déterrer (ainsi que d'autres animaux car j'avais déjà, quoique bien moins souvent, de tels dégâts avant d'avoir un chien. Probablement un renard ou un blaireau). Donc la seule alternative me semblerait être le bac à compost. Encore un aménagement à prévoir !"

j'avais le même problème que toi tous les jours il y avait des trous dans buttes .j'ai résolu le problème en ne mettant plus aucun déchet pouvant attirer un animal .De plus je broie mes déchets de légumes avec des feuilles mortes et du bois pourri et depuis je n'ai plus aucun problème même avec les merles .pourtant je mulch avec
alix
 
Message(s) : 1186
Inscription : 30 Jan 2010 17:20
Localisation : dordogne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 10 Juin 2014 12:45

flyingdust a écrit :Ou alors quelques mètres de clotures en clés de châtaignier placées en forme circulaire (avec des piquets) et au centre un simple tas de compost.

Dans la même veine j'ai pensé à un double-bac à compost en clés de châtaignier et grillage de clôture, avec une toile synthétique de paillage pour tapisser les bords et éviter le passage des matières à travers les mailles (il me reste un rouleau d'une telle toile, acheté du temps où j'étais complètement ignare ::d et maintenant je ne sais plus quoi en faire).
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 10 Juin 2014 12:49

alexdelathure a écrit :Gain de fertilité entre un sol recouvert d'adventices ou nu et un sol recouvert de bois pour un arbre fruitier ?

Bonne question. Je dirais > 1 mais difficile à quantifier ! (tenir compte en cas d'adventices du fauchage et dégradation du résidu sur place).
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Jacques56 le 10 Juin 2014 12:57

alix a écrit :"
De plus je broie mes déchets de légumes avec des feuilles mortes et du bois pourri et depuis je n'ai plus aucun problème même avec les merles .pourtant je mulch avec

Ah les merles, une plaie chez moi aussi. Dès qu'ils voient du mulch ils balancent tout à côté pour chercher les vers de terre (comme quoi, les merles connaissent d'instinct ce principe de la pmc !).
Arrivés au carton ils déchiquettent tout. Je pourrais diminuer le problème en mulchant partout mais ça fait une sacrée surface... Quant s'ajoute le fait qu'ils m'ont mangé toutes les cerises avant
qu'aucune ne soit mûre, j'ai parfois des idées criminelles, type passage au broyeur digne d'un film des frères Cohen...
Jacques56
 
Message(s) : 9
Inscription : 07 Juin 2014 10:46
Localisation : Landes de Lanvaux, Morbihan, Bretagne

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Madudu le 17 Juin 2014 18:58

Je comprend bien vos préoccupations, mais il y a des trucs qui me font tiquer.
La lixiviation c'est pas un problème s'il y a une couverture végétale suffisante, alors que c'est un sérieux problème lors d'un compostage en tas (cf http://agriculture-de-conservation.com/-Frederic-Thomas-.html en milieu de page, article du 13 mai). Effectivement il peut y avoir volatilisation de l'azote (et fort probablement du soufre également) à cause de la lumière, mais je pense que le phénomène est assez limité si on a un peu de bon sens. Exemple : on ne va pas mulcher dans la drôme en juillet avec un truc super azoté s'il n'y a rien à nourrir (pas de végétation) et si on arrose pas (pas de décomposition). Alors qu'un mulchage au printemps avec un truc qui se décompose vite ne pose, je pense, aucun souci.

Je dis ça parce qu'ici au Burkina on peut voir avec quelle violence la lumière peut altérer les constituants des végétaux morts. Il suffit de quelques jours pour qu'un truc au départ vert devienne tout pâle suite à la volatilisation de l'azote et d'une manière générale à l'altération d'une partie des molécules. Ça ne concerne pas les glucides, ils ne sont absolument pas "consumés" ! Et pour cause ici les fourrages ont une certaine valeur énergétique (qui se conserve tout le long de la saison), mais rien du tout en protéines (pas un peu, rien du tout).

Or, on ne voit rien de tel en milieu tempéré ! Chez nous ce phénomène est d'une toute autre ampleur, d'autant plus s'il y a une végétation au dessus et que la décomposition est rapide. Par ailleurs je ne sais pas s'il existe une volatilisation à partir de l'humus et des composés pré-humiques.
Madudu
 
Message(s) : 335
Inscription : 14 Déc 2012 16:59

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par 0tyugh le 07 Juil 2014 18:42

J'ai lu à différents endroits qu'il était mauvais de planter dans un sol ou une décomposition active s'activait. (la décomposition est un processus qu'on veut, c'est la putréfaction qui est anaérobie et qu'on veut éviter. Non ?)
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 982
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: Enfouissement de matière organique et microbiologie des

Message par Citoyen du monde le 10 Juil 2014 08:06

0tyugh a écrit :J'ai lu à différents endroits qu'il était mauvais de planter dans un sol ou une décomposition active s'activait. (la décomposition est un processus qu'on veut, c'est la putréfaction qui est anaérobie et qu'on veut éviter. Non ?)


ça dépend de ce que tu veux y faire pousser, les maraichers du XIX° siécle effectué des semis sur couche chaude et ça marchait parfaitement... (la ferme du bec hellouin vient de le faire cette année)
http://fr-fr.facebook.com/pages/La-Ferm ... n=timeline
Citoyen du monde
 
Message(s) : 94
Inscription : 04 Mars 2014 08:56
Localisation : eure (27)

PrécédentSuivant

Retour vers La terre

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

Information

L’équipe • Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]