Accéder au contenu

Arbres vus comme concurrents du potager

J'ai tout à apprendre mais cela ne me fait pas peur - allez-y - posez vos questions sur la Permaculture ici

Arbres vus comme concurrents du potager

Message par Lucas le 08 Fév 2017 11:05

Bonjour à tous,

Depuis deux ans j'ai commencé à participer à un jardin partagé avec des amis. Le fonctionnement est assez anarchique, à part un plan de rotations des cultures (séparation des parcelles en quatre groupes suivant la consommation en nutriments des légumes qui les accueillent) et quelques autres points sur lesquels on s'est mis d'accord.

Contrairement aux autres dans notre jardin, je débute et pour moi c'est difficile de revendiquer des idées et avancer des arguments dans les discussions qu'on peut avoir car mes connaissances théoriques et pratiques sont encore assez limitées. Cependant je favorise d'emblée une approche de mise en valeur de la vie du sol et plus je m'intègre à ce petit groupe, plus je remarque certaines divergences par rapport aux idées des autres. Il y a cette égopode podagraire certes très envahissante chez nous et vue comme le mal à combattre à coup de séances de désherbage intensives (à la suite desquelles on mettrait la masse récoltée sur un gros tas séparé du compost et nommé "compost des mauvaises herbes"). L'année dernière j'avais fait un compromis entre ce procédé et les choses que j'ai lues en faisant sécher les égopodes recueillies au soleil pour les réintégrer aux parcelles sous forme de paillage. En me remettant à lire des choses cette année je me dis que c'est absurde et cette année je m'emploierai à arracher les égopodes et à les laisser se décomposer directement sur les parcelles, et parallèlement à y semer des engrais verts qui pourront faire concurrence.

Bref c'est juste un exemple, la raison de mon post est un autre sujet de discussion amené avant hier alors qu'on discutait de la prochaine saison au jardin : à cheval entre deux parcelles s'y trouve un poirier haut de 4 mètres (estimé à la louche) et Jörg a avancé l'idée de s'en débarrasser. Les arguments : un type venu planter deux autres arbres fruitiers chez nous aurait dit que c'était dommage d'avoir ce poirier au milieu des cultures, qu'il perturbait le rendement des parcelles adjacentes dans un rayon de je-sais-plus-combien de mètres de diamètre. Jörg dit qu'il a effectivement remarqué au cours des années passées que les parcelles à proximité de l'arbre étaient moins productives que celles situées plus loin. Les raisons avancées : concurrence dans la consommation en nutriments et en captation de lumière. En plus de ça, cet arbre n'est pas très épanoui : il fait assez peu de feuilles et parfois des fruits qui n'arrivent je crois jamais à maturité.

Les raisons qui pourraient nous pousser à garder cet arbre, ceux d'entre vous qui voudront bien me répondre les connaissent assurément ; j'ai également conscience de l'argument de la source de biodiversité et de celui du développement du mycélium. Bref j'aimerais plaider pour la sauvegarde de cette arbre mais je ne sais que répondre aux arguments sur la concurrence et c'est pour ça que je me réjouirais d'un peu d'aide.

Chers inconnus d'internet qui s'intéressent aussi de près à la vie du sol : qu'en pensez-vous ?

merci d'avoir lu, j'ai toujours du mal à faire court.
à bientôt,
Lucas
Lucas
 
Message(s) : 12
Inscription : 12 Avr 2016 14:50
Localisation : Leipzig (Allemagne)

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par 0tyugh le 08 Fév 2017 12:12

La lumière est primordiale dans un jardin, et je pense qu'un arbre "haute tige/moyenne tige" n'a pas trop sa place à l'intérieur. Des "manches à balai", nains, qu'on contrarie pour qu'ils donnent le plus de fruits possibles c'est autre chose mais si tu manques de place, il vaut mieux, au moins, réduire l'arbre ou s'en débarrasser je pense, malheureusement.

Soit on a une chiée de place et on peut se permetre les grands arbres, soit... Voilà. Tu pourrais le greffer ailleurs si tu aimais ses poires ? :x
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 973
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par Sebctop le 09 Fév 2017 13:45

Je suis de l'avis du Grand 0tyugh, mais tu peux aussi proposer une solution intermédiaire.

Perso, j'avais un poirier de ce type dans mon terrain. Il était haut de 5 ou 6m et apportait bcp d'ombre. J'ai opté pour le rabattre à 4m l'an passé. Il s'en est bien porté et a fait bcp de nouvelles tiges. Alors cette année, je vais le rabattre à 3m car j'ai encore besoin de faire entrer plus de lumière. :mrgreen:

Après si ton poirier a peu de feuille et ne mène pas ses fruits à maturité, c'est sans doute qu'il n'a plus bcp d'énergie... Il est peut être malade et attaqué par un champignon du bois dans son tronc ou ses racines. Ses jours sont peut être comptés quoi qu'il en soit... :(
Le greffer, ou en faire des boutures me semble aussi une bonne idée.

J'espère que çà t'aidera. ;-)
Avatar de l’utilisateur
Sebctop
 
Message(s) : 339
Inscription : 24 Nov 2015 09:41
Localisation : 51_Epernay

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par satya le 10 Fév 2017 10:42

Salut

Un poirier qui 6-7m de haut est surement greffé sur franc, donc racines très plongeante, et peu en surface.
Cela doit avoir un impact sur les cultures alentours mais ce n'est pas le pire arbre a intégrer dans des cultures. Cerisier étant le pire.

Tu peut voir l'impact négatif mais aussi voir le positif. Ombre l'été pour des cultures sensibles, feuillage qui tombe a l'automne, et les fruits.

Il faut savoir que la plupart des variétés de poires sont a récolter, puis stocké pour arriver a maturité.
On ne peu pas croquer les poires dans l'arbre, il leurs faut un temps "d'affinage" dans un fruitier (lieu frais non gélif)

:hello:
Avatar de l’utilisateur
satya
Site Admin
 
Message(s) : 1568
Inscription : 15 Juin 2011 09:17
Localisation : aude (11)

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par Lucas le 10 Fév 2017 18:58

Merci pour vos réponses

La lumière avant tout, donc ? Où n'est-ce pas seulement un problème de lumière mais aussi de consommation de nutriments ? Les arbres font d'une manière générale des racines qui vont bien plus profond dans le sol que les plantes du potager : est-ce qu'on peut dire qu'ils pompent leurs nutriments à une profondeur différente que des plantes annuelles donc n'entrent pas en concurrence avec elles à ce niveau ?

C'est vrai qu'on pourrait penser à l'élaguer jusqu'à une certaine hauteur mais vu qu'il ne se développe déjà pas très bien, je pense que si on fait quelque chose c'est l'exécution directement ! Mais c'est une bonne suggestion, je ferai une bouture à mettre dans un coin du jardin ou en lisière de forêt devant l'entrée.

Satya, peux-tu expliquer ce qui fait qu'un poirier au milieu des cultures est moins gênant qu'un cerisier ?

Et 0tyugh, qu'est-ce que tu veux dire par "contrarier" ?

0tyugh a écrit :Des "manches à balai", nains, qu'on contrarie pour qu'ils donnent le plus de fruits possibles
Lucas
 
Message(s) : 12
Inscription : 12 Avr 2016 14:50
Localisation : Leipzig (Allemagne)

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par 0tyugh le 10 Fév 2017 22:44

Lucas a écrit :La lumière avant tout, donc ?

Jardin rime généralement avec "plantes de lumières" (photophiles). Y a quelques plantes qui préfère être protégées des rayons directs du soleil, mais les plantes d'ombres sont une rareté en potager, je ne vois même pas quel exemple donner (l'ail des ours dans une certaine mesure).

Où n'est-ce pas seulement un problème de lumière mais aussi de consommation de nutriments ?

Selon les portes greffes, selon comment on les traites... Mais j'en doute (du fait que j'entends peu de gens en parler). Il y a eu quelques essais pour cultiver sous les arbres, avec un rendement très légèrement inférieur malgré la perte d'ensoleillement. D'ailleurs il est pas inenvisageable d'imaginer un retour des arbres dans les champs (y aurait un plus niveau valorisation des terrains...). Peut-être que si le prix du bois local devenait intéressant...
Au fond un arbre donne une litière gratuite, du sucre en permanence dans le sol (les exudats), donc favorise les champignons, il rend le sol plus poreux pour l'eau... Vraiment, si ce n'était le boulot de devoir les élaguer pour gérer l'ensoleillement ce serait tout benef.

pompent leurs nutriments à une profondeur différente que des plantes annuelles donc n'entrent pas en concurrence avec elles à ce niveau ?

C'est en partit vrai. Mais il y a aussi une bonne partie des racines qui ne plongent pas. J'ai personnellement des racines de chataigner grosses comme un bras dans mon jardin ; je dirais que les racines vont au moins aussi loin que leur ombre niveau diamètre de colonisation (c'est empirique comme remarque :p). Après ce qui fait concurrence c'est le chevelu, pas les grosses racines qui passent ça et là.

C'est vrai qu'on pourrait penser à l'élaguer jusqu'à une certaine hauteur mais vu qu'il ne se développe déjà pas très bien, je pense que si on fait quelque chose c'est l'exécution directement !

Pour controler la taille d'un arbre, le décapiter est un bon début.

Et 0tyugh, qu'est-ce que tu veux dire par "contrarier" ?

Contrarier un arbre, c'est ne pas le laisser faire "du bois" : un arbre qui donne des fruits est un arbre dont on ralentit la sève. C'est beaucoup plus simple à faire sur les arbres qu'on peut accéder facilement, à hauteur d'homme. Y a plusieurs techniques comme "la taille d'été" où l'on détruit des "bourgeons à bois" (ça se fait à la main ou avec un petit sécateur quand on arrive à distinguer ce qui donnera des fleurs ou du bois) pour stimuler la production de fruits (et gérer l'ampleur de l'arbre), on peut aussi lester les branches "qui montent" avec des pierres pour que les branches se courbent ce qui ralentit la sève... Donc donne des fruits. L'idéal pour un arbre "de jardin", c'est le moment d'équilibre ou l'arbre donne assez de fruits pour se "lester" lui-même ; il cesse alors d'essayer de prendre l'ampleur et donne beaucoup compte tenu de sa taille. C'est apparemment beaucoup plus "simple" et et efficace que les tailles traditionnelles qui demandent un réel savoir faire. J'avoue que j'ai vu deux conférences sur le sujet et dix minutes de pratique, et je me sens assez à l'aise de le faire chez-moi.

Mais bon t'aura compris, c'est un peu tard. Les grands arbres qu'on "laisse faire" sont plus lent à donner, mais généralement donnent bien ensuite, cela dit pas toujours. En général la nature fait bien les choses : en grandissant naturellement, sous le poids de la gravité, les branches penchent et... Fructifient enfin. Mais ça peut prendre vraiment dix ans, quoi.
> Contredisez ce que je dis, je suis un *mauvais* jardinier ! J'essaie et j'aime bien me documenter, valà tout.
> Jardinier, pas maraîcher. - Esprit critique
> Le staff peut modifier le contenu de vos messages du forum en toute opacité...
Avatar de l’utilisateur
0tyugh
 
Message(s) : 973
Inscription : 17 Déc 2013 20:13
Localisation : Saint Adrien, Arzano (29300)

Re: Arbres vus comme concurrents du potager

Message par Lucas le 20 Fév 2017 22:16

Ok merci pour les précisions ! à la prochaine
Lucas
 
Message(s) : 12
Inscription : 12 Avr 2016 14:50
Localisation : Leipzig (Allemagne)


Retour vers Le coin des débutants

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

Information

L’équipe • Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]